AccueilAccueil  FAQFAQ  CarteCarte  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Présentation d'Hakushi Suisen 白紙水仙

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hakushi SuisenMessages : 18
Date d'inscription : 11/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: SS - 45
Expérience:
258/500  (258/500)
Informations ninja:
avatar
Ninja légendaire de Kumo
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Sep - 18:34

Présentation   de Suisen Hakushi




Informations
▌Nom : Hakushi 白紙.
▌Prénom : Suisen 水仙.
▌Surnom : « l’usurpateur du nuage » ou « la page blanche de Kumo ».

▌Âge : 33 ans.
▌Sexe : Masculin.

▌Lieu de naissance : Pays de la foudre, petite bourgade non loin de Kumogakure.
▌Village : Kumogakure no satô.
▌Grade et niveau : Ninja légendaire de Kumo - Rang SS - Créateur d'Ouroboros - Niveau 45 sur Kahou.
Psychologie
L’homme, que l’on nomme de nos jours l’usurpateur du nuage, a connu un passé difficile mais il a toujours gardé la tête haute. La situation misérable dans laquelle vivait son clan, l’exclusion de ce dernier, l’orphelinat, la mort d’un de ses compagnons, tout ceci a finalement façonné l’homme qu’il est devenu aujourd’hui. Et on a beau dire ce qu’on veut sur Suisen, celui-ci à bien deux facettes ! L’une enjouée et pleines de bontés alors que l’autre est manipulatrice et pleine d’ambitions. Laquelle est sa vraie personnalité ? Je pencherai pour la seconde malheureusement pour le nuage, ou pour son bien. Personne n’arrive à percer le personnage qu’il est, personne n’arrive à connaître ses véritables intentions, personne n’arrive à le comprendre. Mais ces deux facettes sont apparentes si on côtoie notre homme au quotidien, aussi bien lorsqu’il est le chef de l’unité Ouroboros, ou le membre du conseil restreint du Raikage, ou alors un simple civil ou encore un professeur.

Bien que l’homme ait perdu confiance en l’homme, en général, il continue à rester proche des siens, plus particulièrement des prochaines recrues de Kumo. En effet, Suisen donne des cours de calligraphie à l’académie ninja, un cours prisé par les jeunes recrues qui affectionnent de côtoyer un ninja de l’envergure de notre homme. Son charisme naturel et son éloquence s’attirant les faveurs de tous ses disciples. Pourtant, il donne ses cours, non pas parce qu’il aime ça, seulement par intérêt et pourtant, rien il ne laisse rien paraître. Affichant un sourire dès que l’occasion s’y prête, poli et respectueux avec n’importe qui. Ceci est l’apparence qu’il aime se donner, ceci afin de n’éveiller aucun soupçon ou de ne pas s’attirer les foudres des hautes autorités du village. Il aime à penser qu’il doit donner l’exemple, sans trop en faire, bien qu’il affectionne la voie qu’il a choisi, il ne veut pas que les jeunes du village finissent comme lui, au contraire, il veut leur bien, en quelque sorte.

Les gens du village aiment généralement converser avec notre homme, cultivé et vif d’esprit, il n’est pas sans reste lorsqu’il s’agit de répartie et d’apprendre au plus grand nombre. Tout ceci, il l’a puisé dans les innombrables livres qu’il a lus et parties d’échec qu’il a joué. Un fin stratège qui anticipe les actions d’une quelconque cible, plusieurs tours à l’avance, évaluant chaque possibilité, en ne manquant aucun détail. Pourtant, c’est une facette qu’il cache, pensant que ça lui porterait préjudice qu’on apprenne de lui une telle prouesse. Du moins, il ne la cache que partiellement au conseil, ce dernier étant souvent témoin de la vivacité d’esprit de notre homme, c’est certainement cette raison qui le plaça au siège qu’il occupe, aussi jeune qu’il fut à l’époque de son admission au conseil restreint. Et c’est certainement pour cette même raison que même les plus anciens du village lui concèdent la parole, au détriment de la leur.

Pourtant, c’est bien lorsqu’il est le chef de l’Ouroboros, face aux membres de son unité ou face à une proie qu’il serait parti chasser lui-même, qu’il révèle sa véritable personnalité. Toujours calme, mais il devient arrogant, imbu de lui-même pourrait-on dire. Il se classe au-dessus de tous, que dis-je, de tout même – pourquoi se limiter aux hommes lorsqu’il peut être au-dessus de tout ce qui est sur Terre. Il n’a guère d’intérêt pour ses hommes ou leur vie, ce ne sont que des pions sur son échiquier qui finiront par lui servir un jour où l’autre. Il ne cherche pas forcément leur respect, certains suivent sa cause pour leurs propres raisons, d’autres, ayant le sang un peu plus chaud, sont maintenus par l’intimidation écrasante de notre homme. Pourtant, ils ne connaissent pas le chapitre final qu’il prépare, ils ne connaissent que peu de choses, mais suivent l’homme qui leur a finalement donné le pouvoir. Un pouvoir qu’il affectionne particulièrement, ses ambitions n’étant tourné que vers ce dernier, même si les êtres n’ont pas tous la même définition du mot pouvoir, il aime à penser que sa définition est la plus juste et qu’il s’en rapproche un peu plus chaque jour.

Devant un adversaire, que ce soit une cible qu’il aurait pourchassé ou quelqu’un qui en voudrait au village caché des nuages, il ne montre aucune pitié, aucun remord à mettre fin à une vie. Pourtant, il ne frappera jamais le premier, préférant la provocation verbale à l’affrontement direct. Seulement, il n’est pas une des armes de guerre à haut potentiel du nuage pour rien, il n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de se battre. Expert dans le maniement du katana depuis son plus jeune âge et dans la manipulation de son chakra, il est reconnu comme l’un des ninjas les plus rapides au monde, au côté du Yondaime Raikage. Lorsqu’il vous a pour cible, ne croyez pas vous échapper facilement. Heureusement pour les déserteurs et les cibles de l’Ouroboros, l’homme peut sortir du village seulement avec l’autorisation des hautes autorités. Finalement, il ne sort pas beaucoup, du moins, d’après les rapports.

En somme, c’est un homme très paradoxale, qui vous laissera entrevoir le meilleur de lui-même si vous appartenez au nuage, pour mieux vous cacher sa sombre facette, qu’il dévoile seulement aux membres de son unité ou à ses adversaires. Heureusement, c’est pour le nuage qu’il a fait allégeance et il ne devrait rien tenter contre, au contraire, sa prospérité est sa propriété.


Histoire
Chapter I

Between lines #1 : trois choses que vous aimez : Lire, parler et tuer !

Le clan Hakushi, ou littéralement le clan de la feuille blanche, est un clan datant de plusieurs siècles qui perdurent à travers les conflits et la cruauté des autres clans de Kaminari no kuni. La légende transmise de génération en génération à travers la famille conte la venue du Rikudo Sennin dans la région montagneuse qu’est la nôtre pour y rencontrer de nombreux clans et familles. C’est ainsi que des dons héréditaires ou des pouvoirs spéciaux purent voir le jour tel que l’art de contrôler l’orage. Mais le vieux sage en avait décidé autrement pour le clan Hakushi, qui lui avait donné ce nouveau nom, car il se nommait autrefois le clan Shiru. En discutant et en priant avec les membres du clan de cette époque, le sage aurait simplement dit : « L’histoire n’est pas le lieu de félicité. Les périodes de bonheur en sont les pages blanches ».

Il leur aurait tendu un livre à la couverture rouge avec écrit en haut de celle-ci, le titre du livre qui signifierait « Rikudo Higi – Hakushi Kouryou » : Arcane des six chemins, manuscrit de la page blanche. Une grande marque blanche est apparente à la surface, la trace d’une main s'étant posée sur la couverture. Lorsqu’on ouvre ce livre alors qu’on n’est pas destiné à l’utiliser ou à le manier, les pages sont blanches et lorsqu’on souhaite écrire dessus, l’encre disparait au bout d’une minute. Cet objet a suscité bien des questions et des convoitises à travers ce petit clan du pays de la foudre. Mais seuls deux hommes furent capables de l’utiliser dans toute l’histoire du clan…

Beaucoup s’essayèrent à décrypter cette tirade du créateur du monde ninja et tous échouèrent l’un après l’autre. Seul un membre put se distinguer de par ses capacités et son pouvoir, seul un membre donna le blason, aujourd’hui terni, à ce clan sans dons, sans pouvoirs apparents. Cet homme se nommait Hakushi Aisuru et il était l’un des fondateurs du village caché des nuages. Son histoire, ou plutôt sa légende se déformèrent au gré des discussions et des années passées, mais le village garde une archive protégée et secrète sur l’un des clans fondateurs que seuls les hauts dirigeants peuvent connaître.

Mais un tel talent ne réapparut plus et finalement le clan fut obligé d’être reclus à l’extérieur du village sous le règne du Nidaime Raikage en l’absence de potentiel militaire exceptionnel pour le village. Le pouvoir et la notoriété qu’avait Hakushi Aisuru n’avaient pas eu pour effet de rendre son clan plus fort et apte à avoir une bonne place au sein du village. Son pouvoir était si grand qu’il n’avait jamais été atteint ce qui causa l’exclusion du clan de la page blanche en dehors des murailles et de la juridiction de Kumogakure no satô. Le nom du clan se perdit petit à petit, bien que quelques membres avaient leur place au sein de l’armée ninja du village, ils n’avaient pas le pouvoir ou la puissance de celui qu’on nommait l’usurpateur.

C’est presque sept décennies plus tard que naquît un être qui développerait finalement les capacités de l’usurpateur.

* * *

Né en plein milieu de la seconde Grande Guerre Shinobi, le nourrisson pleurait jusqu’à être à bout de souffle dans les bras de sa jeune mère dont la vie venait de basculer en quelques jours. Ce n’était pas l’arrivée de son fils qu’elle avait nommé Suisen qui était la cause de ce bouleversement, bien au contraire, il l’aidait inconsciemment à surmonter cette épreuve. La jeune femme qui répondait au nom de Hakushi Yowai avait appris il y a quelques jours, la mort de son tendre époux sur le champ de bataille face à une escouade du village caché de la feuille. C’est certainement l’élément déclencheur de cet accouchement soudain, un bon mois avant le terme de la grossesse. Le mélange soudain de plusieurs sentiments mauvais, nocifs même pour le corps humain, avait finalement déclenché la venue de l’enfant qu’elle attendait de cet homme qui venait de perdre la vie pour la gloire du village, mais pour le déclin de son clan.

L’enfant qui venait de naitre n’aurait pas la chance de connaître son père ou d’avoir une vie agréable. Sans les revenus du père, le clan n’aurait pas de quoi subsister convenablement, alors la venue d’un nouvel enfant n’était pas forcément la bienvenue. Ce qui apaisa les esprits, ce fut que l’enfant échappa au test qu’exécutait le Sandaime Raikage en son temps qui servait à estimer le potentiel chez les nouveau-nés pour créer une première classification avant l’académie. Ceux dont le potentiel était jugé trop bas se voyaient apposer un sceau leur interdisant l’entrée à l’académie et donc l’impossibilité de devenir ninja. Né prématurément, le jeune Suisen avait eu la chance d’échapper au test et donc de ne pas être répertorié dans les archives de Kumo, du moins tant qu’il ne se présenterait pas à l’académie.

À cette époque, le clan Hakushi subissait des répressions vives de la part des ninjas de Kumo et plus particulièrement des hautes instances. Autrefois clan fondateur à la puissance incontestable grâce à Hakushi Aisuru, ce dernier n’était plus qu’une ombre plongeant le clan dans la misère et la famine à cause du mépris des hautes instances quant à la puissance militaire jugée trop faible qu’apportait le clan au village. Finalement, ils n’étaient plus que trois à être enrôlés dans l’armée de Kumogakure et à faire rentrer les finances pour cinq familles entières composant le clan, ce n’était pas assez, surtout pour des ninjas de rang moyen, des Chunins.

Les premiers mois à s’occuper de son fils et à l’éduquer comme elle le pouvait, avec les moyens qu’elle avait, furent difficiles, car ils vivaient dans une situation précaire. En plus de la haine non justifiée des villageois et des autres ninjas, la mère et son fils s’étaient attiré les foudres du clan, les anciens la tenant responsable de sa situation économique et sociale. Il leur fallait un responsable sur qui ils pourraient déchainer leur colère et leur tristesse, ils avaient finalement trouvé le bouc émissaire idéal. La misère et la famine qui s’étaient installées peu à peu n’étaient que des contrecoups de la guerre qui venait de s’achever. La situation précaire dans laquelle se trouvait le clan se retrouvait aux quatre coins du pays, les finances déboursées pour entretenir l’effort de guerre furent colossales et le village se trouvait dans une situation délicate face à son daimyo, la guerre n’ayant attiré que des dettes au pays, plutôt que de nouveaux territoires ou trésors.

Après ceci, Yowai dut reprendre son poste de Chunin et retournait à Kumogakure pour partir en mission. C’est à ce moment que les tensions internes au clan s’apaisèrent quelque peu, les anciens décidèrent de garder l’enfant pendant qu’elle partait en mission et de lui éduquer les valeurs de leur clan. Encore très jeune, Suisen ne se souvient plus de cette époque et c’est certainement mieux ainsi puisque ça n’aurait finalement qu’attisé la haine en lui au fil des années. Mais les finances étaient à peine capables de nourrir la moitié des familles du clan, alors que le jeune enfant avait besoin de manger régulièrement pour avoir une croissance convenable, surtout lui qui était né prématuré. Suisen apprit ses premiers pas, ses premiers mots, à découvrir le monde et ceci presque seul, sans un parent pour le soutenir. Il dut rapidement devenir autonome, les anciens ne prêtant que très peu d’attention à son égard et ne lui souhaitant rien de bon.

C’est peu après ces quatre ans que le jeune garçon apprit que sa mère avait péri lors d’une mission de rang B, à la frontière du pays, assassinée par un groupe de ninjas inconnus qui n’avaient laissé aucune trace de leur passage, aucun indice exploitable qui pourrait déterminer un coupable. Ce n’était pas le plus important aux yeux de l’enfant puisqu’il réalisait à peine qu’il ne reverrait plus celle qui l’a mis au monde et celle qui l’a éduqué du mieux qu’elle a pu, avec les moyens qu’elle avait. La nouvelle eut un effet boule de neige puisque l’enfant se retrouvait sans parent et personne au sein du clan ne voulut prendre l’enfant en charge. Il était seulement vu comme une charge financière et temporaire trop lourde à laquelle le clan ne pouvait pas adhérer. C’est ainsi que le jeune Suisen finit par entrer à l’orphelinat de Kumo et qu’il pénétra pour la première fois dans le village caché derrière les nuages.

* * *

Le seul héritage qu’il reçut de sa défunte mère fut une boite en bois verrouillée par un support métallique où l’emblème stylisé de Kumo ressortait en relief. Ceci accompagnée d’une lettre écrite de la main de Yowai qui lui expliquait qu’il ne pourrait ouvrir cette boite qu’en devenant Genin et en faisant tout pour s’engager sur la voie qu’elle et son époux avaient choisie autrefois. Elle lui répéta maintes et maintes fois qu’elle l’aimait et qu’elle serait toujours là pour veiller sur lui, mais l’enfant ne voyait guère sa mère et ne comprenait pas totalement. Son héritage lui fut donné par son tuteur dans l’orphelinat, Katarite, qui lui avait donné la boîte et lut la lettre, Suisen étant trop jeune pour savoir lire encore. Le tuteur essaya même de rassurer et de réconforter le jeune garçon face à cette situation nouvelle et difficile à laquelle il faisait face, il n’avait que quatre ans après tout.

Ses premiers jours au sein de ce nouvel environnement furent compliqués à gérer pour un enfant de son âge. Il était très timide et renfermé sur lui-même à l’époque, il n’avait pas eu beaucoup de contact avec le monde extérieur ou avec d’autres gens que les personnes répugnantes de son clan. Les autres enfants eurent du mal à l’accepter comme l’un des leurs, même s’ils reconnaissaient qu’il avait eu une histoire aussi tragique que la leur voir plus, ils ne pouvaient s’empêcher de se moquer de ses lunettes carrées ou son gabarit faiblard. Aucune confrontation physique sérieuse n’eut lieu –heureusement pour Suisen certainement – peut-être quelques bousculades enfantines, mais rien de méchant.

C’est ainsi que Suisen passa le plus clair de son temps dans la bibliothèque de l’orphelinat où il essayait de déchiffrer ce qu’il pouvait des lettres en s’aidant de celle que sa mère lui avait laissée en mourant. Cela était à peine suffisant pour arriver à comprendre un mot par-ci par-là, mais de là à dire qu’il comprenait une phrase ou le livre en entier, c’était tout bonnement impossible, même s’il avait fait preuve d’astuce. Il préféra alors les quelques livres destinés aux enfants de bas âge où il pouvait comprendre plus facilement le contenu grâce aux illustrations très bien faites. Mais la compréhension qu’il en avait été limité et le contenu ne semblait pas intéressant. Même si rien ne semblait aller pour le jeune enfant, il connaissait de meilleures conditions qu’auparavant, il lui manquait seulement une occupation, quelque chose qui lui ferait oublier sa solitude.

Une seule personne vint à son aide, une seule personne lui prêta le peu d’attention dont Suisen avait besoin pour enfin vivre ! Le tuteur qui l’avait pris en charge semblait prendre son travail à cœur et semblait s’attacher à l’enfant qui n’avait jamais montré de signes d’affections apparents. Pourtant Katarite prit le jeune garçon sous son aile et lui apprit à lire et à écrire qu’il commence à avoir une éducation stable et appropriée à son âge, ce que les anciens de son clan n’avaient pas pris soin de faire évidemment. C’est ainsi que le jeune enfant commença à se faire apprécier au sein de l’orphelinat, devenant poli, attentionné envers les autres, du moins le minimum nécessaire, car tout ce que souhaitait Suisen, c’était de pouvoir aller lire les livres contant les exploits des ninjas et plus particulièrement ceux du village.

Plus d’une année était finalement passée et les qualités de vies du jeune enfant s’étaient nettement améliorées. Plus personne ne l’embêtait, les enfants s’amusaient même avec lui comme si c’était un camarade de longue date, comme s’ils étaient de la même famille. Ce mot, famille, c’était la première fois qu’il l’employait pour définir des êtres proches. Jamais il n’aurait pu l’utiliser pour définir les membres de son clan qui l’avaient rejeté, il n’arrivait pas à se l’expliquer lui-même. Comment des êtres liés par le sang pouvaient-ils se rejeter ainsi et en arriver à haïr un enfant ? D’après ce qu’il avait pu lire dans différents livres, Suisen ne pouvait pas comprendre un tel comportement, il n’avait lu que réconfort, attention et amour au sein d’une même famille. Pourtant, le clan Hakushi persistait à ignorer l’existence même de l’enfant, une aberration pour celui qui était son tuteur.

Katarite portait cette attention et cet amour à Suisen, un lien de fraternité inébranlable s’était formé, une relation basée sur la sincérité et le respect envers l’autre. Cela eut pour effet d’apporter une stabilité appréciée dans la vie de l’enfant qui n’avait rien connu de bon depuis sa naissance. Il connaissait une véritable enfance, pour la première fois il pouvait dire qu’il était heureux et qu’il avait pu effleurer le bonheur. Son tuteur descella en lui une vivacité d’esprit et une intelligence grandissante, surtout après qu’il lui apprit les règles des échecs et l’art de la stratégie. Suisen apprenait avec une facilité déconcertante, atteignant un taux de concentration élevée pour un enfant de son âge, il arrivait à fixer son esprit sur un seul objectif et de s’y tenir, d’y penser pendant des heures durant.

C’est ainsi que Karahite prit l’initiative de faire passer un test d’évaluation du quotient intellectuel au jeune déchu du clan Hakushi. Le test était basé sur la logique et la vitesse à laquelle étaient exécutés les exercices, sachant qu’un enfant moyen mettait une minute par exercice. L’enfant démontra son talent en exécutant chacun des exercices avec précisément trente-deux secondes d’avance sur la moyenne.  D’après l’évaluation, son quotient intellectuel s’élèverait à cent soixante-dix unités, une somme colossale dont les hautes autorités du village eurent vent rapidement. Celles octroyèrent une bourse d’études au jeune enfant, ce qui lui permit de pouvoir intégrer l’académie ninja à la rentrée suivante, alors qu’il n’aurait que six ans.

Chapter II

Between lines #2 : Ce qui vous effraye le plus : l’ignorance.

Le jour, tant attendu depuis plusieurs semaines par Suisen, fut finalement arrivé à grands pas. Il avait préparé les affaires scolaires dont les professeurs lui avaient fait la liste des jours en avance, pour être certains de ne rien oublier et d’être prêts pour la rentrée des classes. Il allait faire ses premiers pas en tant que ninja, ses premiers pas sur les traces de ses parents et de ses ancêtres dont il ne connaissait que très peu de choses. Arrivé devant l’académie ninja, accompagné de Karahite, l’enfant eut une sensation qu’il n’eut plus depuis son arrivée à l’orphelinat, il y a maintenant deux ans. Il se sentit exclu, différent des autres, mais à son insu, ne pouvant rien faire pour y remédier. En effet, les autres enfants étaient tous accompagnés d’au moins un de leur parent alors que Suisen n’avait que son tuteur. Par chance, Karahite connaissait l’un des instructeurs en charge de cette rentrée et leur discussion attira l’attention de l’enfant déchu du clan Hakushi.

Cet instructeur se nommait Ressun et était en fait le directeur de l’académie de Kumo. Karahite semblait, avoir reçu ses instructions autrefois et, le porter en haute estime d’après la façon dont il s’adressait à lui. Ils ressassèrent quelques souvenirs ensemble, quelques bêtises qu’eût faites Karahite dans sa jeunesse. D’entendre que son tuteur avait été un enfant plutôt perturbateur, rassura quelque peu Suisen qui se sentit comme un enfant calme et rationnel, ce qui était le cas. Le tuteur mis court à cette nostalgie et présenta l’enfant au directeur et lui demandant la faveur de veiller sur lui. Ce que ce dernier accepta volontiers en affichant un grand sourire sur son visage, la manœuvre consistait à mettre en confiance les enfants présents pour mieux les contrôler durant les cours, car le directeur était loin d’être une personne appréciée des parents d’élèves ou des élèves eux-mêmes. Les méthodes archaïques encore employées étaient d’une grande efficacité, certes, mais d’un barbarisme effarant.

Son intégration dans sa classe de trente nouveaux promus et prétendants au titre de ninja et de genin du village fut plus simple qu’à l’orphelinat. Suisen avait gagné en confiance en soi et comprenait de mieux en mieux le comportement humain usuel qu’il avait pu lire à de nombreuses reprises dans les livres qu’il avait dévorés. Son enfance troublée et pleine de tristesse et de haine avait créé comme un obstacle à la sociabilité de l’enfant jusqu’à, qu’il eut rencontré son tuteur et qu’il eut commencé la lecture. Pourtant, il était un élève apprécié de ses camarades et de ses professeurs, ne faisant que très peu parler de lui et participant du mieux qu’il pouvait au cours. Il avait réussi à se faire quelques amis avec son style intellect. L’enfant n’avait pas d’autre choix que de porter des lunettes pour pouvoir lire correctement et il finit par ne plus les enlever par habitude de les avoir au bout de son nez.

Finalement, sans grande surprise, c’est durant les cours théoriques que l’enfant déchu du clan Hakushi se sentit le plus à l’aise et qu’il put exprimer son génie grandissant. Il avait appris avec attention toutes les tactiques et stratégies enseignées à l’académie tout comme les cours importants sur le Chakra, le Ninjutsu et toutes les disciplines nécessaires à devenir ninja. Même lorsqu’il n’était pas en cours, il lisait des livres destinés aux ninjas et à leur formation. Suisen pensait pouvoir acquérir l’expérience dont il avait besoin dans les livres, sans avoir besoin de pratiquer. Ce fut une erreur de sa part qu’il lui valut une année de bien au sein de l’académie. Même s’il était certainement le numéro un de sa classe aux cours théoriques, il n’était pas aussi bon dans les cours pratiques. Se débrouillant plutôt bien quant à l’infusion et la manipulation de son chakra ou dans le maniement du katana enseigné à tous les ninjas du village. Son plus gros point faible, et pas des moindres dans un tel village, était que son physique maigrichon était bien loin des carrures spartiates des Jônins de l’époque et de nombreux ninjas dans le village. Les entraînements portant sur les combats, la force et la résistance étaient presque perdues d’avance pour le jeune garçon, ne pouvant rivaliser avec ses camarades dans ces domaines.

Alors qu’il s’apprêtait dans quelques mois à passer de nouveau son examen genin dans l’espoir de pouvoir enfin ouvrir la boîte reçue en héritage par sa mère et d’enfin suivre sa trace, un évènement d’une ampleur incroyable eut lieu. La troisième Grande Guerre Shinobi venait d’être déclarée entre les nations du pays du feu, du vent et de la terre principalement. En ce temps, Kumo essayait tant bien que mal d’allier sa force militaire à un autre village pour pouvoir échanger des informations, dont le village avait fortement besoin. C’est ainsi que l’examen genin devint plus difficile sous les ordres du Sandaime Raikage et que ce dernier mobilisa les troupes au sein du village pour se préparer à de nombreuses missions pour venir en aide au village caché de la feuille, Konoha.

* * *

La tension stagnante dans le village ces jours-ci se faisait ressentir encore plus intensément aujourd’hui. Les nuages qui s’amusaient d’habitude à cacher le soleil lui laissaient le champ libre pour le plus grand malheur du jeune enfant pour cet essai à l’examen genin reformé à cause de la guerre gagnant en intensité. Suisen s’était préparé durant l’année précédente à avoir des conditions physiques acceptables, qui lui seraient d’une grande aide certainement durant l’épreuve. Au lieu de lire toutes sortes de livres en sortant de l’académie, il s’était entraîné pendant une année entière à renforcer son corps et le rendre capable de choses voire d’exploits dont il était encore incapable une année auparavant. Du haut de ses douze années, le garçon avait bien grandi et avait développé ses capacités afin d’être apte à passer ce test qui le tenait tant à cœur.

Une fois, tous les étudiants, prétendants au titre de genin, rassemblés devant l’académie ninja, le groupe se dirigea avec à sa tête Ressun vers le quartier général des ninjas du village, qui se trouvait au sommet de la plus haute montagne de la chaîne choisie pour installer Kumo. Cette montagne était nommée le mont Rakurai à cause de la foudre qui frappait sans cesse le pic du sommet lors de grosses intempéries. Le but de l’exercice était on ne peut plus simple, grimper au sommet du mont, en atteignant le toit du quartier général, en partant de la base de la montagne. Durant la première moitié du parcours, l’utilisation de chakra était autorisée alors que durant la seconde, son usage était prohibé.

Une fois le groupe arrivé sur les lieux et les explications données par Ressun, tous les enfants purent commencer le test et se précipitèrent contre la falaise pour commencer à l’escalader alors que Suisen restait immobile à essayer d’en voir le sommet. Sans se précipiter, le jeune homme infusa son chakra et se concentra quelques secondes avant de commencer son ascension en posant un pas après l’autre contre la paroi rocheuse. Son utilisation du chakra dans la pointe des pieds était assez précise pour lui permettre de tenir un bon moment sur une surface, complètement à l’horizontale de notre axe terrestre. Contrairement aux autres enfants, il avait bien pris la peine d’écouter les instructions et avait remarqué qu’aucune limite de temps n’avait été fixée et qu’il était donc censé pouvoir finir l’épreuve sans temps imparti.

Au bout de six heures, d’un pas lent, mais plein de motivations, Suisen réussit enfin à atteindre la fin de la première partie de la montagne sans avoir déployé trop de force, ayant utilisé principalement son chakra pour se maintenir et faire quelques pauses lorsque ce fut nécessaire. Plusieurs enfants avaient déjà échoué et s’étaient fait secourir par quelques ninjas évaluateurs qui surveillaient leurs moindres faits et gestes. L’enfant déchu du clan Hakushi s’agrippa à la paroi tout en respirant un bon coup pour se préparer à l’effort physique qu’il allait devoir fournir. Les hauts dirigeants du village étaient fourbes et sadiques, ils avaient fait exprès de donner l’instruction de la prohibition de l’utilisation de chakra durant la seconde partie de l’épreuve, la montagne étant beaucoup plus raide qu’à la base et les prises se faisant de plus en plus rares au fil de l’ascension.

Le corps en sueur et les muscles à bout de force, Suisen pouvait observer son objectif de ses propres yeux, il n’était plus très loin du sommet et continuait son ascension sous le regard des quelques ninjas qui se trouvaient dans le quartier général ce jour-ci. Il ne préférait pas y porter d’attention, voulant ne faire aucune erreur si près du but à cause d’une idiotie. Faisant preuve d’une volonté à toute épreuve, le jeune garçon réussit à surpasser son physique pour finalement pouvoir s’agripper aux barreaux du toit du quartier général shinobi. Essoufflé et à bout de force, l’enfant eut du mal à reprendre ses esprits, mais lorsque ce fut fait, il put voir qu’ils n’étaient qu’une poignée à avoir réussi et que de nombreux ninjas importants du village étaient présents à attendre l’arrivée du dernier participant encore présent sur l’épreuve.

Le Sandaime Raikage vint à la rencontre de Suisen, encore accroupie et ayant des difficultés à reprendre sa respiration correctement. Le vieil homme à la poigne de fer tendit une pilule vers l’enfant, celle-ci lui permettrait de retrouver des forces et de se sentir mieux. Suisen acquiesça d’un sourire et remercia le vieil homme tandis qu’il avala immédiatement la pilule pour en ressentir les effets quelques secondes après. Il put être en mesure de se relever et de rejoindre le groupe d’étudiants promus. Avant de le laisser rejoindre ses camarades, une phrase du Raikage à son égard le tourmenta pendant plusieurs semaines, voire mois : « Intéressant, jamais je n’aurai pensé qu’un gringalet puisse réussir ce test, je suivrai ta progression, jeune Hakushi. »

Mais finalement, Suisen n’y porta pas attention de suite, pensant que ce fut le fruit de son imagination à cause de la fatigue ou de toute autre chose. Alors que les hauts dirigeants firent un discours chacun leur tour, ils finirent par donner leur bandeau frontal à chaque étudiant ayant réussi le test et les invitèrent à retourner à l’académie le lendemain pour connaître la composition de leurs équipes respectives. Observant le symbole du village gravé au sein du métal du bandeau, Suisen reconnut qu’il était de même taille que celui en relief sur la boîte que sa mère lui avait donné en héritage. Le seul moyen d’ouvrir cette boîte était donc d’obtenir un bandeau frontal du pays et de placer les orifices correctement pour enfin accès à son contenu, d’où le fait de devenir genin.

C’est sans attendre que les boissons et le buffet prévus pour les nouveaux genins du village soient mis en place que Suisen se dirigea vers l’orphelinat. La pilule avait été efficace, il était en mesure de courir à vive allure pour le rejoindre au plus vite et d’enfin découvrir ce qu’il avait hérité de sa mère. Dévalant les couloirs et les escaliers de l’orphelinat, il atteignit sa chambre où il sortit la petite boîte d’en dessous le matelas de son lit. Il sortit le bandeau frontal de sa poche et finalement réussi à ouvrir la mystérieuse boîte. Elle contenait un livre où rien n’était écrit et semblant plutôt étrange, ainsi qu’une lettre de sa mère le félicitant d’être devenu genin et lui conseillant de toujours garder ce livre sur lui, quoi qu’il arrive, que ce fût un puissant porte-bonheur reçu par le clan d’un grand sage ninja, il y a des centaines d’années de cela. L’enfant, ému, referma la boîte en gardant son contenu en main. Il était encore plus déterminé à devenir ninja et à faire reconnaître au reste du village que le clan Hakushi ne méritait pas ce que les villageois lui faisaient subir.

* * *

Le lendemain, c’est avec la plus grande motivation et conviction du monde que Suisen se dirigea vers l’académie ninja pour y découvrir ses coéquipiers et celui qui allait lui enseigner l’art de devenir un ninja sur le terrain. Il allait enfin pouvoir pratiquer ce qu’il a appris théoriquement pendant plusieurs années, chose qu’il redoutait, mais qu’il était pressé d’affronter. Ressun l’accueillit et l’accompagna à la salle où l’attendaient déjà ses coéquipiers. En passant la porte de la salle de cours numéro cinq, il vit alors une jeune fille aux cheveux d’ébène et à l’air grave et sombre, alors qu’elle semblait âgée du même âge que Suisen, celle-ci se connait Ayane. Son autre coéquipier lui semblait différent, l’air téméraire, et semblant croire fortement en ses capacités, Raiken avait l’air aussi chétif que l’enfant déchu du clan Hakushi et pourtant, il semblait bien plus fort ou puissant que Suisen à l’heure actuelle. Ce dernier se présenta le plus poliment et agréablement possible, ne voulant pas créer de conflits avec personne et encore moins avec ceux qui seraient ses nouveaux coéquipiers.

C’est alors qu’un homme d’une vingtaine d’années environ, fit son apparition dans la salle de cours et se présenta sous le nom de Gakka Hekireki, le Jônin instructeur responsable de la formation des trois genins. Des formes d’athlètes, l’équipement traditionnel des ninjas de Kumo, une présence faisant office de preuve à sa puissance, Suisen ne put qu’être émerveillé face à son nouvel instructeur et fit preuve d’impatience contrôlée à maintes reprises, son visage s’étant crispé à plusieurs reprises pendant le discours de Hekireki. Ce dernier leur expliqua les devoirs d’un ninja et ce qu’il attendait d’eux, il leur fit un briefing sur la guerre se déroulant et les objectifs fixés par les politiciens de Kumo. Le moment était rude et le temps jouait contre eux, il n’y en avait pas assez pour permettre au Jônin de les former correctement pour qu’ils soient aptes sur le front.

Les premiers mois, l’équipe se concentra sur des missions de bas niveau, principalement des intérêts généraux à l’égard des villageois, permettant de resserrer les liens entre les coéquipiers et leur travail d’équipe, important sur le terrain pour faire face à toute situation. Même si les tâches n’étaient pas bien intéressantes et même plutôt précaires, Suisen donnait du cœur à l’ouvrage, motivé par ses objectifs. Son corps commençait à devenir plus endurant et plus résistant au fil des missions qui, malgré leur niveau, était fatigant. Retrouver et attraper un chat perdu, permettaient à l’équipe de s’organiser pour attraper une cible mobile et plutôt agile, même pour des ninjas ou le débroussaillage d’un champ permettait de s’organiser pour être plus efficace à une tâche et améliorer ses conditions physiques. Tout ça en parallèle avec l’entraînement rigoureux que Hekireki leur faisait subir dès qu’ils avaient une permission entre deux missions ou qu’il n’était pas convoqué sur le front pour des missions urgentes.

Mais un problème survint avec la formation du jeune Suisen lorsque Hekireki voulut lui apprendre à maitriser la transformation de nature du chakra en l’élément avec lequel il avait le plus d’affinité. Ce dernier était déterminé grâce à une feuille créée à partir d’un arbre qui fut nourri, part du chakra, durant toute sa vie. Lorsqu’un ninja diffuse son chakra dans cette feuille de papier, elle réagit selon l’affinité naturelle qu’au chakra avec un élément. Sauf qu’avec l’enfant déchu de clan Hakushi, la feuille n’a jamais réagi à son chakra, restant une simple feuille blanche comme si la malédiction du clan continuait à le poursuivre. Les hautes instances du village furent immédiatement prévenues par le jonin instructeur qui n’avait jamais rencontré une telle situation et ne pouvait laisser Suisen sans maîtrise d’un élément naturel alors qu’il pouvait ressentir un potentiel caché inestimable en l’enfant. Le Sandaime Raikage décréta qu’il souhaitait s’occuper personnellement de la formation de l’enfant, avec une équipe de jonin spécialisé dans l’instruction pour l’assister dans sa tâche et qu’il souhaitait que l’on réunisse toutes les archives du village concernant le clan Hakushi immédiatement. C’est ainsi que la carrière ninja de Suisen commença à prendre un tournant attendu depuis de nombreuses décennies au sein du clan à la page blanche.

Chapter III

Between lines #3 : Nombre de mission : 180 D, 154 C, 346 B, 217 A, 23 S pour un total de 920 missions.

Cela faisait trois ans que la guerre faisait rage, les pays du feu, du vent et de la terre se combattaient avec rage sur les territoires du pays de la pluie, du pays de l’herbe et du pays de la rivière. Le sang de milliers d’innocents avait coulé et les dégâts étaient inestimables alors que la guerre était à son point culminant et loin d’être terminée. Bien que Kumogakure no Satô ne participe pas directement à cette guerre – pour une fois, le village avait organisé de nombreuses missions impliquant nos forces dans la guerre pour venir en aide à un futur allié, Konoha. Tout était fait pour qu’un futur traité de paix soit signé entre les deux nations pour devenir la plus puissante force militaire jamais créée dans le monde des ninjas. La guerre se ressentait même à l’arrière, au sein du village, la situation économique devenait de moins en moins stable, les investissements faits pour venir en aide à Konoha étaient importants alors que les revenus du village n’étaient pas suffisants. C’est ainsi que le Sandaime Raikage instaura une politique d’austérité visant à revigorer l’économie du village en envoyant des ninjas qui n’avaient pas forcément le niveau sur des missions de haut rang.

Pendant ce temps, Suisen eut connaissance des particularités qui l’habitaient lui et les membres de son clan par le Sandaime Raikage qui put avoir accès aux archives du village datant de sa création. C’est ainsi qu’il apprit que les membres du clan Hakushi n’étaient dotés d’aucune affinité ou particularité, ils pouvaient faire usage de leur chakra normalement, mais ne pouvaient pas le transformer en une affinité élémentaire naturellement. Le seul membre qui fut capable d’un tel exploit fut Hakushi Aisuru, l’un des fondateurs de Kumo, qui se battait avec un livre passé de génération en génération au sein du clan. Ce livre nommé « Rikudo Higi : Hakushi Kouryou » fut donné au clan par le sage des six chemins et il confèrerait un pouvoir immense à celui qui saurait l’utiliser. La seule information relatée dans les archives concernant cette capacité était de pouvoir « capturer tout pouvoir autre que le sien ». Une phrase très vaste qui ne donnait aucune indication précise, mais cela ne découragea pas Suisen qui savait que sa mère lui avait confié ce livre pour une bonne raison et qu’il allait réussir à percer son secret.

C’est une fois les explications terminées et un repas chaud dévorés par la troisième ombre du village et l’enfant déchu du clan de la page blanche, que le Sandaime commença son enseignement, assisté des ninjas instructeurs, pour former Suisen. Les hommes ressentaient le potentiel qui sommeillait en l’enfant et voyaient une résurgence d’Aisuru en lui. Le Raikage était loin d’être tendre avec le garçon qui se défendait du mieux qu’il pouvait et qui persistait avec une volonté inébranlable alors que son corps flanchait peu à peu sous l’effort subi. Durant un combat d’entraînement, le Raikage avait absolument souhaité montrer sa technique de la foudre noire à Suisen, il s’était adapté au niveau du garçon afin de ne pas le blesser voire de le tuer, ce qu’il pourrait faire en un instant – avouons-le nous. Après plusieurs techniques esquivées avec agilité et rapidité, Suisen s’écroula de fatigue, ne pouvant faire un seul mouvement. Le Raikage vint le relever et lui donnait une pilule de chakra pour le remettre sur pied, un geste déjà exécuté par le vieil homme, plusieurs années auparavant.

C’est alors qu’une longue discussion s’engagea entre le troisième et l’enfant, curieux de connaitre les secrets des techniques du Raikage. En guise d’échange équivalent, Suisen tendit son précieux livre au vieil homme qui le prit en main et l’examina le temps de répondre aux questions de l’enfant. L’enfant déchu du clan Hakushi ne pouvait s’empêcher d’être curieux et de vouloir connaître tout ce qui lui était inconnu. Un désir de savoir purement stratégique, toujours dans l’optique d’augmenter son expérience par la lecture et l’échange oral. Mais au bout de cinq minutes, lorsque Suisen arrêta de poser ses questions au Raikage, ce dernier put apercevoir un changement dans le livre. Un texte semblait être apparu sur la première page, celui-ci comportant de nombreux trous pour en cacher la signification exacte alors que la deuxième page était ornée d’un portrait du Raikage et d’autres informations dont celles qu’il venait de révéler. Aucun des deux ne comprit ce qui venait de se passer et ils cherchèrent une explication logique tandis que la guerre continuait hors des frontières du pays.

* * *

Entre chaque entraînement avec le Raikage, le garçon déchu du clan Hakushi n’arrêtait pas d’exécuter des missions pour le bien du village avec son équipe. Ses coéquipiers, Ayane et Raiken, ne purent qu’être impressionnés face aux progrès incroyables de Suisen qui se dépassait un peu plus chaque jour. Les missions n’étaient pas de très hautes importantes et n’étaient pas de haut niveau, mais elles suffisaient à satisfaire le jeune garçon qui ne semblait pas être inutile pour la société, un sentiment qu’il appréciait fortement. Même si Hekireki ne s’occupait plus de sa formation, il restait de leader du groupe et son capitaine, leur travail d’équipe et leur relation ne s’étaient pas ternis à la suite de la mise à l'écart de Suisen, bien au contraire, leur lien s’était intensifié. Alors qu’Ayane se rapprochait de plus en plus de notre jeune garçon, Raiken semblait jaloux de la complicité grandissante entre les deux jeunes protagonistes alors que Hekireki essayait de rétablir l’ordre et la cohésion tant bien que mal au sein de l’équipe.

Après de nombreux mois à s’entraîner auprès du Raikage et a essayé de percer le secret qui entourait le livre du clan Hakushi, l’équipe Hekireki fut envoyée pour la première fois sur le champ de bataille au sein de la troisième Grande Guerre Shinobi. Leur mission, de rang A, était de récupérer le plus d’informations possible sur les positions des ninjas du village caché de la pierre qui se trouvaient dans le pays de l’herbe. Un risque élevé de rencontrer des ninjas ennemis rendait cette mission délicate, particulièrement pour une équipe sans expérience sur le champ de bataille, mise à part Hekireki.  Suisen s’était préparé à cette éventualité, il avait appris à connaître l’ombre de la foudre et savait que ce dernier ne donnait rien sans avoir en retour, un principe de base pour tous les ninjas de ce village. Si le Sandaime avait décidé de prendre en charge son entraînement, c’était seulement pour permettre à Kumo d’acquérir un pouvoir perdu depuis de nombreuses décennies. Alors que ses deux camarades semblèrent sous le choc après l’annonce de cette mission, ils ne s’étaient jamais projetés sur le champ de bataille, pourtant c’était le principal lieu de travail d’un ninja, particulièrement dans l’ancien temps.

C’est ainsi que l’équipe Hekireki partit du village, dévalant la chaîne montagneuse à vive allure afin de traverser les différents pays qui les séparaient du pays de l’herbe. Le voyage n’allait pas être de tout repos, puisqu’il faudrait qu’ils interrompent leur progression pour ne pas risquer d’engager un combat avec beaucoup de force en moins due au voyage et qu’il faille également rester sur ses gardes, car bien que la guerre soit concentrée à l’ouest du continent, certaines équipes étaient dépêchées par Tsuchigakure no satô pour intercepter les équipes de Kumo venant en aide à Konoha. Ils passèrent l’un à un les pays du givre et ses conditions climatiques rudes et fraiches, des sources chaudes et ses geysers aussi puissants que le katon d’un Uchiha, des rizières et sa culture agricole riche, du fer et ses conditions climatiques presque semblable à celle du givre puis celui de la cascade et sa flore magnifique pour enfin terminer leur long voyage vers le pays de l’herbe où leur mission pourrait commencer sous peu.

Alors au beau milieu d’une forêt de bambou, la lune positionnée à son zénith, Hekireki faisait un dernier briefing à son équipe. Il pointa du doigt quelques positions supposées de camps ennemis à trouver sans se faire repérer. Ce n’était pas forcément le point fort de Suisen mais il ferait de son mieux pour que la mission soit remplie. Mais c’est alors que survinrent de nombreux ninjas du village caché de la pierre qui les encerclèrent immédiatement, ne laissant aucune échappatoire à l’équipe de Kumo. La situation était critique, les ninjas semblaient plus puissants que les membres de l’équipe Hekireki et étaient trois fois plus nombreux qu’eux, ils avaient l’avantage de puissance et du nombre. Hekireki prit les devants, voulant protéger ses élèves en donnant sa propre vie, pour leur laisser juste assez de temps pour fuir. Mais Raiken ne put accepter ceci et rejoignit le Jonin de Kumo sans hésitation alors qu’Ayane essayait de persuader Suisen de fuir en lui tirant le bras. Pourtant, ce dernier n’arrivait pas à se résoudre à abandonner ses camarades, mais le cri d’Hekireki le ramena à la raison et alors que les Iwajins lançaient leur assaut, Suisen et Ayane commencèrent à prendre la fuite.

Une course poursuite effrénée à travers la végétation vaste du pays de l’herbe s’engagea, mais un évènement vint perturber le garçon du clan Hakushi qui arrêta nette sa course pour faire face aux trois ninjas d’Iwa qui le poursuivaient. Ayane tenta de le raisonner, mais en vain, les cris qu’avaient raisonnés à travers la forêt, Suisen aurait pu reconnaître ces voix mêmes parmi une foule d’une centaine de personnes. Son maître et son camarade venaient de passer l’arme à gauche, ils n’étaient plus que des victimes impliquées dans une guerre à laquelle Kumo n’avait rien à voir. Dans un excès de colère et dans une folie inexpliquée, Suisen sortit le livre de son clan au lieu de dégainer son sabre, comme il l’aurait fait habituellement, en le tenant dans sa main gauche. Il ouvrit le livre à la deuxième page en concentrant son chakra à travers et pointa sa main droite grande ouverte vers le groupe d’Iwa qui riait en chœur en ayant vu le vieux livre sorti par Suisen, pauvres inconscients naïfs qu’ils étaient. Un éclair aussi noir que l’était la nappe étoilée du ciel vint frapper les trois Iwajins de plein fouet et les tuer sur le coup alors que Suisen tomba inconscient contre le sol.

* * *

Suisen se réveilla plusieurs jours plus tard au sein de l’une des chambres de l’hôpital de Kumo, ne se souvenant quasiment de rien après le traumatisme qu’il avait subi. Ayane était à son chevet, endormie dans sa chaise, attendant le réveil du jeune homme. Lorsqu’elle se réveilla et qu’elle s’aperçut que Suisen était réveillé, elle ne put s’empêcher de lui sauter dans les bras et de pleurer. L’enfant déchu du clan Hakushi ne comprit pas de suite ce qu’il s’était passé, mais peu à peu, des fragments de mémoire vinrent à apparaître pour finalement lui rappeler l’inoubliable, la mort de son maître et de son camarade. Hekireki et Raiken avaient donné leur vie pour offrir une opportunité à Suisen et Ayane de fuir, ils avaient à peine pénétré le territoire du pays de l’herbe et débuté leur mission qu’il s’était retrouvé dans une embuscade. Et c’est alors que Suisen réalisa également ce qu’il avait fait aux trois Iwajins qui les avaient poursuivis, il avait fait usage de la technique du troisième Raikage, il n’avait pas pu rêver, et ceci grâce à son livre… La haine, le chagrin et la colère se mélangeaient pour s’ajouter à l’incompréhension et finalement l’empêcher de réfléchir correctement, il se perdait dans des explications puériles et s’arrêta, préférant réconforter sa coéquipière dans l’instant présente.

Le jeune homme du clan Hakushi sortit changer de cette histoire, il devint de moins en moins souriant, de moins en moins attentionné envers les autres, de moins en moins bon tout simplement. Suite à cela, Ayane démissionna et ouvrit une boutique de fleur au cœur du village alors que Suisen continuait à persévérer sur la voie du ninja, il n’avait jamais rêvé d’autre chose ou penser à une autre profession, il ne voyait sa vie que dans le métier de ninja. Le jeune homme se renferma peu à peu sur lui-même, n’allant plus partager son vécu ou ses sentiments aussi ouvertement qu’autrefois. La perte de deux êtres chers peut avoir des conséquences catastrophiques sur l’esprit et la vie d’un homme et c’est ce que comprit Suisen à ses dépens. Pourtant, ils voyaient des images d’Hekireki et de Raiken à tous les coins de rue de Kumo, ayant tellement partagé avec eux. Mais il savait qu’il n’aurait plus la chance de les revoir, de leur parler, de les combattre, de les aider… Tout ceci était terminé et le jeune homme du clan de la page blanche encaissa la chose du mieux qu’il pouvait. Autrefois comparé à un esprit faible, car n’étant pas sûr de lui, une faiblesse inacceptable chez un ninja de Kumo, il accepta son erreur de ne pas avoir rejoint son maître et son camarade pour faire face à l’ennemi et se promit de ne pas ne jamais battre en retraite, quoi qu’il arrive.

Il en avait même arrêté la lecture, préférant se concentrer sur ses missions et son entraînement qui était loin d’être terminé, surtout maintenant qu’il était capable d’utiliser le livre Hakushi Kouryou. C’est d’ailleurs quelques jours après sa sortie de l’hôpital qu’il alla à la rencontre du Raikage pour lui expliquer clairement ce qu’il s’était passé. Les deux protagonistes discutèrent une nuit entière, cherchant le moindre détail dans le récit que faisait Suisen, même ce dernier, doté d’un quotient intellectuel élevé, n’arrivait à percer le secret renfermé par ce livre. C’est après avoir consulté différents spécialistes du village que le Raikage revint vers Suisen pour lui proposer un marché. Un examen Chunin exceptionnel allait avoir lieu dans deux mois dans le village, plusieurs genins de Kumo s’affronteraient dans différentes épreuves pour déterminer qui était le plus apte à devenir Chunin. Si Suisen arrivait à être promu Chunin, le vieil homme lui révèlerait le secret du livre des Hakushi. Tournant le dos immédiatement et partant à vive allure, la seule chose audible que le vieil homme put entendre était : « Je n’ai pas de temps à perdre, je deviendrai Chunin ».


You
▌Pseudo ou Prénom : Romain.
▌Comment avez-vous connu SnE ? Je l'ai créé avec mes compagnons ! Very Happy
▌Comment trouvez-vous SnE ? Pas mal, pas mal ! ^^'
▌Quels sont vos projets ? Menez Kumo d'une poigne de fer en l'absence de Raikage Twisted Evil
▌Quels sont vos disponibilités ? Assez souvent disponible même si je risque d'être plus souvent connecté sur Itachi.
▌Y a-t-il un mot de passe dans le règlement ? C'est mon piège, pas le tien, nah mais oh !






Dernière édition par Hakushi Suisen le Lun 15 Sep - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hakushi SuisenMessages : 18
Date d'inscription : 11/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: SS - 45
Expérience:
258/500  (258/500)
Informations ninja:
avatar
Ninja légendaire de Kumo
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Sep - 18:38

Suite de l'histoire





Chapter IV

Between Lines #4 : Votre principal signe distinctif : Un grand haori blanc au-dessus de l’uniforme et des lunettes carrées au bout du nez.

Les deux mois, laissés par le Raikage à Suisen pour qu’il se prépare à l’examen chunin de Kumo passèrent à une vitesse ahurissante pour le jeune homme. Il avait enchaîné les missions et les entraînements pour que ses capacités soient à leur maximum de leur potentiel actuel. Il s’était particulièrement concentré sur ses capacités physiques, l’art de manier le katana et il développa également des dons sensoriels d’un rare talent, capable de les utiliser dans les situations les plus délicates, une tâche quasiment impossible, surtout pour un garçon âgé de quinze ans. Et pourtant, à force de travail, de concentration et de recherche, le jeune homme pouvait ressentir avec précision une source de chakra sur plusieurs kilomètres rien qu’en infusant son propre chakra. Cet exploit n’était possible qu’au sein du clan Hakushi, n’ayant aucune affinité élémentaire ou aucun don en particulier, leur chakra fût sensible aux autres sources de chakra, et leur permettait même de combattre avec un sixième sens plus efficace que les cinq autres réunis. Bien qu’il eut ce don depuis des années, Suisen ne s’en était jamais rendu compte, mais c’était entrainé spécialement depuis deux mois pour pouvoir maîtriser cet art.

C’est le pas certain et inspirant un semblant de puissance que Suisen se dirigea vers le quartier général shinobi où tous les genins participant à l’examen avaient été convoqués. Du haut de ses quinze ans, il était fin prêt à donner un nouveau sens à sa vie et à sa carrière, il était temps de passer à une étape supérieure. Une fois arrivé, il découvrit onze autres participants, dont les âges variés de treize ans pour le plus jeune à vingt-deux ans pour le plus vieux. Le Sandaime Raikage, son fils et son partenaire, le célèbre combo ultime de Kumo ainsi que plusieurs conseillers étaient présent pour l’évènement. C’est alors que l’ombre de la foudre s’avança en avant des autres pour prononcer un discours digne du plus grand guerrier et il annonça alors que les participants allaient se départager sur une épreuve uniquement, ceci suscita quelques murmures dans l’assemblée alors que Suisen écoutait attentivement celui qui était l’un de ses maîtres. Il expliqua que les participants allaient affronter un à un des Chunins expérimentés du village et que leurs prestations seraient évaluées pour définir s’ils étaient aptes à devenir Chunins ou non.

Bien que cela puisse paraître bâcler de la part du Raikage, Suisen avait décelé le stratagème du vieil homme avec cet examen constitué d’une seule épreuve. Les ninjas présents étaient de hauts rangs et particulièrement puissants et expérimentés, ils n’auraient aucun mal à suivre les combats et à ne pas en perdre le moindre détail. Les participants avaient alors une seule et unique prestation pour satisfaire le jury présent, dans un combat contre des ninjas plus expérimentés et plus qualifiés qu’ils l’étaient. Suisen trouvait à la fois sadique et géniale l’idée du Raikage et avait hâte de lui montrer ses progrès. Le jeune homme avait changé en deux mois, surtout du point de vue psychologique. Il avait peu à peu abandonné le mot camarade ou ami pour se concentrer uniquement sur lui, sur ses capacités ou sur ses intérêts. Il avait complètement délaissé son amie Ayane avec qui il avait partagé tant de choses pendant son enfance et sa formation de ninja et pourtant, il n’y prêtait presque pas attention – voire pas du tout. Il s’était détaché des liens relationnels, croyant que ceux-ci n’étaient que de simples obstacles à son développement et à sa progression, chose qui pouvait s’avérer vraie après tout.

* * *

Plusieurs combats défilèrent sous les yeux du membre du clan de la feuille blanche, la plupart voyant le Chunin comme vainqueur. C’est alors que son nom fut appelé et qu’il s’avança sur la surface de combat tout en commençant à infuser son chakra pour se tenir prêt. Un Chunin à la peau mate et aux cheveux blancs s’avança à son tour et salua le jeune homme avant de se mettre en garde. Suisen acquiesça de la tête pour le saluer à son tour et se mit en position de combat, main droite sur la garde de son katana, main gauche en avant pour prévenir toutes techniques et  tous ses sens en éveil, il était enfin prêt. L’arbitre n’attendit pas plus long et baissa sa main rapidement pour que le combat commence alors que le jury restait attentif. Le Chunin prit l’initiative plus vite que Suisen et exécuta plusieurs mudras alors que le jeune homme n’avait pas eu le temps de réagir. Le décor se mit à disparaître peu à peu dans les ténèbres pour finalement réapparaître sans aucune personne présente. Tout le monde avait disparu, mis à part Suisen qui ne semblait pas avoir bougé d’un centimètre. C’est alors qu’Ayane apparut face à lui et voulut lui sauter dessus, un sourire d’ange accroché aux lèvres. Mais brusquement, sans aucune hésitation apparente, Suisen dégaina son sabre et poignarda Ayane dans le thorax, touchant un point vital. C’est alors que le décor se remit à se transformer pour finalement faire réapparaître tout le monde dans la salle. Un genjutsu de ce niveau n’aurait aucun effet face à la volonté et aux convictions de Suisen, ce dernier n’avait que faire de devoir tuer un ami, il était prêt à faire ce sacrifice si Kumo en était gré.

Fixant son adversaire qui courrait à vive allure vers lui, Suisen para le coup de sabre du Chunin avec de bons réflexes et une bonne vitesse d’exécution. Les chocs entre les lames raisonnèrent dans la salle et l’on pouvait entendre le tempo du rythme augmenté peu à peu. Jusqu’au moment où les deux sabres s’envolèrent, les deux adversaires ayant réussi à désarmer l’autre. C’est alors qu’un combat au corps-à-corps s’engagea face au Chunin, Suisen esquivait, bloquait du mieux qu’il pouvait son adversaire, qui semblait le surpasser dans ce domaine. Alors qu’il réussit à lui assigner un coup, le jeune homme s’en était pris cinq autres. Il ne pouvait plus prendre le risque d’approcher son adversaire, c’est alors qu’il utilisa sa botte secrète. Il sortit d’une pochette de sa ceinture le « Rikudo Higi : Hakushi Kouryou » que le Raikage et quelques anciens reconnurent immédiatement, certains ne pouvant s’empêcher de se lever de leur chaise sous l’étonnement. Suisen ouvrit la deuxième page du livre et concentra son chakra dedans, son ennemi fonça à vive allure vers lui sous la menace, mais il était déjà trop tard. Alors que son adversaire se trouvait face à lui, Suisen mit sa main droite en avant, en tenant son livre dans l’autre main. C’est alors qu’apparut un arc électrique noir dans le creux de sa main et qu’il s’apprêta à toucher le Chunin mais le Raikage intervint pour l’arrêter, percevant que la technique pourrait tuer le Chunin.

Les autres combats se terminèrent et les jurys se mirent à délibérer dans une pièce à part, pendant que les genins et les chunins qui venaient de s’affronter discuter ensemble et se revigorer après l’effort. Suisen s’était terré dans un coin, à l’abri des autres, attendant le verdict calmement. Le Chunin qu’il avait affronté était venu plus tôt pour lui serrer la main et le félicitait de sa prestation, mais le jeune homme n’avait pas pris la peine de répondre, vexé que le Raikage l’ait interrompu. L’orgueil et le narcissisme naissant et grandissant en lui commençaient à devenir vraiment problématiques à sa socialisation, mais il n’avait pas l’air d’y prêter attention puisqu’il ne voyait que lui à présent, on était bien loin du jeune homme d’il y a un an, attentif, gentil et aimant. C’est alors que les jurys apparurent dans un nuage de fumée au beau milieu de la pièce, ils avaient fini de délibérer et tout le monde allait enfin connaître le résultat de cet examen chunin spécial. Finalement, deux genins furent retenus pour passer au grade de Chunin et Suisen faisait partie de ceux-là, les autres auraient certainement plus de chances au prochain examen. En se voyant remettre le papier faisant officiellement de lui un Chunin, Suisen fixa le Raikage droit dans les yeux, comme pour rappeler au vieil homme le marché qu’il avait conclu quelques mois plus tôt puis partit aussi vite, son objectif étant rempli et étant en quartier libre, il n’avait plus rien à faire au quartier général.

* * *

Le jeune homme déchu du clan Hakushi s’était retranché dans son appartement, à quelques minutes pour un ninja du quartier général. Cela fait trois ans qu’il avait quitté l’orphelinat et qu’il vivait seul et toute autonomie. C’est d’ailleurs Karahite qui avait recommandé à Suisen de prendre son indépendance, qu’il serait plus à l’aise pour se reposer lorsqu’il reviendrait de mission qu’à l’orphelinat où le brouhaha des enfants aurait certainement été insupportable. Propre et rangé, l’appartement paraissait neuf, pouvant être visité et acheté dans l’instant s’il le fallait. L’on sentait que la personne vivant en ces lieux était pointilleuse et ordonnée dans la vie du quotidien, un fait avéré pour Suisen. Cependant, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu de nouvelles de Karahite et qu’il n’en avait pas donné non plus, son ancien tuteur devait être trop occupé à prendre en charge de nouveaux orphelins, surtout avec la guerre qui faisait rage en dehors des frontières du pays de la foudre. Cela n’avait plus d’importance à présent, puisque depuis la mort de ses camarades, Suisen avait renié ce qu’il avait été pour devenir la personne froide, mais talentueuse qu’il était devenu. La lecture et les échecs avaient fait de lui un homme cultivé, orateur et calculateur, chose que n’aurait jamais prévoir Karahite mais dont il était responsable malgré lui. Perdu dans ses pensées, Suisen était allongé sur le divan bleu au beau milieu de son salon, observant le plafond tout en réfléchissant à toutes ces choses que je vous ai contées. Jusqu’au moment où une ombre survint devant la fenêtre de son appartement.

Bien qu’il n’infusait pas de chakra, une ressentit la présence qui l’observait immédiatement et il se tourna vers la fenêtre rapidement, un kunai à la main, prêt à se défendre. C’est alors que le Raikage apparut dans l’appartement, en ayant démoli le mur qui le séparait de l’intérieur préalablement. Suisen ne put s’empêcher de s’énerver et de manquer de respect envers le vieil homme pendant quelques secondes avant de reprendre ses esprits et de s’agenouiller face à lui en s’excusant. Malgré son narcissisme grandissant, la loyauté du jeune homme envers Kumo et son leader militaire ne faisait aucun doute. Le Raikage affichait quant à lui un énorme sourire, content que l’enfant qu’il a formé soit devenu un ninja talentueux, capable à son âge de défaire un Chunin expérimenté en genjutsu et en taijutsu sans trop de mal. Maintenant que Suisen avait réussi l’examen, l’ombre allait lui révéler les informations qu’il détenait sur le véritable pouvoir du livre.

Le message codé sur la première page est en fait la clé de l’énigme puisqu’en faisant fonctionner le livre pour la première fois, il apparaît et essaye de guider les potentiels utilisateurs de son fonctionnement. Son pouvoir est décomposé en deux parties, la première permet de voler les capacités, techniques d’une tierce personne en répondant à certaines conditions dans un certain laps de temps alors que la seconde permet d’utiliser ces capacités volées via le livre, en ouvrant simplement la page sur lequel le pouvoir est inscrit. Suisen suivit les instructions et explications du Sandaime avec la plus grande attention du monde, n’hésitant pas à prendre quelques notes pour mieux comprendre comment fonctionne le livre. C’est ainsi que Suisen eut connaissance du plus grand pouvoir jamais légué à son clan, jamais il n’aurait pu avoir de prédisposition héréditaire puisqu’il était destiné à en utiliser plusieurs à la fois grâce à un outil pouvant être utilisé par les membres du clan Hakushi seulement. La découverte de ce pouvoir et son contrôle devait être faite pour la prospérité du village, le Raikage n’hésita pas à le définir comme un devoir de Suisen envers le village. Il se devait de maîtriser complètement cet art pour devenir l’arme secrète la plus puissante jamais détenue par le village, sans parler des monstres à queues.

Chapter V

Between lines #5 : Votre pire cauchemar : Mon enfance.

Deux années s’étaient écoulées depuis le jour où Suisen avait réalisé la véritable puissance de son pouvoir et beaucoup d’évènements avaient eu lieu. Pour commencer, la guerre venait de se terminer, les villages de la feuille, de la pierre et du sable arrivant à se mettre d’accord sur un traité de paix après huit ans de batailles acharnées. Le sang avait tellement coulé que les pays mineurs étaient empreints d’une tache indélébile qu’ils n’étaient pas près d’oublier de sitôt. De nombreuses pertes furent recensées dans chaque faction, même à Kumo qui n’était pas directement impliqué dedans. Et je ne parlais pas de Hekireki ou de Raiken, la perte dont Kumo du faire le duel fut beaucoup plus lourde, le Sandaime avait fait face à une armée entière de ninjas pour protéger le village, il avait combattu férocement ses ennemis pendant trois jours et trois nuits jusqu’à finalement mourir d’épuisement sous les coups de l’ennemi. Le jour de son enterrement fut particulièrement triste et éclipsa quelque peu la joie qu’aurait dû prodiguer la cérémonie d’intronisation du nouveau Raikage, le fils du précédent, Yotsuki Aa. Ce dernier ressemblait en de nombreux points à son paternel et avait la conviction de faire de Kumo, la plus grande puissance militaire jamais existante.

Pendant ces quelques années avant la fin de la guerre, Suisen, fraîchement promue Chunin et capable d’utiliser son pouvoir, décida d’intégrer l’unité d’interrogation et de torture du village, avide d’apprendre un nouvel art qu’il était capable d’utiliser, puisque capable de le contrer. Son attention se porta sur cet art compliqué que peu de personnes arrivent à utiliser pleinement à cause des limites physiques et mentales du corps humain, c’est certain Kekkai genkai qui permettait de dépasser ces limites ou encore un entraînement rigoureux de nombreuses années pour certains élus. Dans le cas de Suisen, ce n’était ni l’un ni l’autre puisqu’il débutait simplement, on ne pouvait guère le placer dans l’une des catégories précédentes. Pourtant, il était loin d’être mauvais et se débrouillait plutôt bien. Au bout du premier mois, il put être en mesure de récolter des informations dans l’esprit d’un ninja d’Iwa récupéré par Kumo, il y avait peu. Sans oublier ce fameux interrogatoire où sa victime avait fini par tout avouer en faisant face seulement quelques secondes à Suisen alors que certains n’avaient pas réussi à lui faire cracher le morceau, il y a de cela une année.

Mais deux mois avant la fin de la guerre, le jeune homme avait décidé de changer d’unité, s’étant lassé bien vite de celle chargée des interrogatoires et de la torture pour rejoindre l’unité de scellement et des archives. Cette unité n’avait pas très bonne réputation, n’étant composée que d’intellectuels n’ayant aucune expérience du champ de bataille contrairement à Suisen, qui arrivait à être les deux à la fois, en quelque sorte. Il s’intéressait de près à cette unité pour l’art du scellement qu’elle maîtrisait, mais également pour la lecture qu’elle pourrait lui offrir. C’est ainsi que le jeune homme s’intéressa de plus près à la politique et plus particulièrement à celles qui furent exercées à Kumo. Il prit même du plaisir à lire de nombreux dossiers d’ancienne mission qui lui apportèrent certaines informations précieuses que le village avait recueillies pendant toutes ces années. Son intelligence et son talent naturel lui permirent de gravir les échelons rapidement au sein de l’unité, devenant de plus en plus habile lorsqu’il était question de créer un sceau avec beaucoup de concentration. Ce qu’il aima rapidement dans cette unité, c’est que le fuinjutsu pouvait être maîtrisé, mais qu’il était difficile de l’exécuter pour n’importe quel ninja, même pour Suisen.

Finalement, avec la nomination du nouveau Raikage et de sa politique de renforcement, Suisen eut la chance d’être promu Jonin, ayant prouvé sa loyauté et son pouvoir à tous les kumojins. Ceci était la preuve que le travail accompli n’avait pas été fait pour rien et que ses efforts avaient finalement été récompensés. Cela ne changea rien à sa situation puisqu’il restait dans l’unité de scellement et des archives sous le poste dans lequel il travaillait. Aa semblait vouloir rapprocher un peu plus Suisen des hautes autorités pour pouvoir le contrôler et l’utiliser à sa guise, le Yondaime Raikage n’était pas dupe, si le jeune homme avait tant attiré le regard de son père, c’était seulement à cause de sa capacité et de son talent. C’est ainsi qu’une réunion assez brève eut lieu entre les deux protagonistes pour que Aa soit au courant des réelles capacités de Suisen. Ce dernier lui expliqua tout dans les moindres détails et n’hésita pas à sortir le livre pour lui faire une démonstration. Suisen avait récupéré quelques pouvoirs intéressants depuis deux ans, vous vous en doutez bien. A Présent qu’il connaissait les conditions pour voler la capacité d’une tierce personne, il s’était entraîné pour pouvoir l’utiliser en combat et parfaire son répertoire de techniques. Le Yondaime n’eut aucune réaction, fit un signe de la main pour signifier au jeune homme de disposer et retourna à sa paperasse.

* * *

Suite à cet entretien entre les deux hommes, le Yondaime accorda une grande importance à Suisen dans le village, lui dont le clan avait été exclu hors du village et persécuté se retrouvait à faire partie du second conseil du village, rassemblant une trentaine de jonins. Et ce n’est pas sans se faire remarquer qu’il participa à sa première réunion. C’est sans gêne envers les plus anciens et avec un grand don d’orateur que Suisen eût repris la plupart des commentaires qui émanèrent dans la salle de réunion cette nuit-ci. Malgré ses dix-neuf années, le jeune homme était très mûr pour son âge et la sagesse qui l’habitait était plus grande que chez la plupart des ninjas du village, une qualité que les anciens remarquèrent, malgré son ton à la fois innocent et insolent, à la limite du manque de respect. Le Yondaime Raikage avait repris les rênes de l’ancienne politique menée par son père, la renforçant même et ce n’est pas exagéré de dire que Suisen participa activement à l’améliorer et à faire de Kumo le plus puissant village ninja.

Ce n’est pas seulement à l’arrière que Suisen se fit un nom. Au cours de différentes missions où il avait pu combattre ou rencontrer des ninjas de pays ennemis, il avait reçu l’éloge de nombreux adversaires n’étant plus de ce monde pour relater ses exploits, certains ont eu la chance de fuir celui qu’il nommait maintenant « l’usurpateur du nuage » ou « la page blanche de Kumo ». Bien que sa capacité restait incomprise de tous ninjas, à part le Yondaime, tous avaient compris le potentiel gigantesque qu’elle renfermait. Être capable de « capturer » n’importe quelle technique, qu’elle émane d’un don héréditaire ou non. Ce don était une véritable bénédiction des dieux pour le jeune Raikage qui ne pouvait s’empêcher de les haïr pour les dons héréditaires inexistants dans son village alors que les autres possédaient des pouvoirs plus incroyables les uns des autres.

Le futur traité de paix qui était négocié avec le village caché de la feuille pourrait sûrement permettre à Kumo de recueillir quelques informations sur ces pouvoirs et peut-être avoir la chance de s’en emparer. Suisen était la clé à cette énigme, il était celui qui permettrait la prospérité du village, au côté de Killer Bee, le jinchurikii d’Hachibi. Ces deux armes réunies et au maximum de leur potentiel pourraient défendre le village à eux seules contre un autre village entier s’il le fallait.  Les ambitions du nouveau Raikage étaient toutes tracées et le destin de ses hommes scellé. Killer Bee apprendrait à maîtriser l’Hachibi sous les conseils de son frère adoptif alors que Suisen se verrait confier une unité de recherche dans le but de pouvoir améliorer sa capacité et d’être en mesure de la transmettre. C’est ainsi que l’unité des archives et de scellement fut divisée et que certains de ses membres s’installèrent dans de nouveaux locaux pour faire leur recherche. Le but de ses recherches me demanderez-vous ? Être capable de transmettre une capacité du livre à un autre être, voilà ce que devait être la technique ultime du jeune homme du clan Hakushi.

D’ailleurs, sous la popularité grandissante de Suisen et la renommée retrouvée de son clan, le clan Hakushi tenta de renouer avec lui, afin certainement d’améliorer leur situation précaire. Mais l’homme déchu du clan de la feuille blanche préféra les ignorer simplement, comme ils l’avaient fait lorsqu’il n’était qu’un enfant. Malgré cela, l’ombre de la foudre permit au clan de s’installer à nouveau au sein du village et ceci seulement grâce à la responsabilité qu’avait Suisen envers le village et par respect envers son clan. Pourtant, Suisen n’avait jamais montré aucune affection ou aucun signe d’appartenance à cette famille, il avait gardé ce nom en souvenir de ses défunts parents, pour leur rendre hommage et leur donner la renommée qu’ils n’avaient jamais eue. Le reste des membres du clan pouvaient mourir s’il le fallait, Suisen n'en aurait que faire et participerait même volontiers au massacre. C’est d’ailleurs cette pensée qui lui donna enfin accès à la quantité de sang similaire au sien, dont il avait besoin pour ses recherches.

* * *

Deux années s’écoulèrent, le village caché des nuages n’avait jamais été aussi puissant et aussi actif. Le traité avec le village de Konoha avançait à grands pas, une rencontre entre les ambassadeurs ninjas de Kumo et les hauts dirigeants de la feuille avait lieu dans plusieurs semaines dans le village caché de la feuille. De nombreux échanges eurent lieu entre les villages, que ce soit des informations, des prisonniers ou de la main-d’œuvre, chaque partie avait essayé de donner la meilleure image possible à l’autre, dans l’espoir de pouvoir réaliser ce projet. Mais les ambitions poursuivies par les deux villages étaient complètement différentes, alors que la feuille souhaitait coopérer afin de créer l’armée ninja, la plus influente, jamais existante, le nuage souhaitait acquérir le savoir et le pouvoir des clans que la feuille renfermait.

C’est lors d’une réunion du conseil que l’idée de mettre la main sur l’une de ces capacités pendant la visite des ambassadeurs fut évoquée par Suisen. Le garçon était devenu un homme, son physique avait changé certes, il était plus grand, les épaules carrées et une musculature imposante, mais sa position au sein du conseil avait bel et bien évolué, il était beaucoup plus influent qu’autrefois. C’est d’ailleurs pour cette raison que le conseil l’approuva et que la mission confiée aux ambassadeurs était de mettre la main sur l’héritière du célèbre clan Hyuuga dans l’espoir de pouvoir s’emparer du secret du Byakugan. Ceci mettrait certainement le village dans une situation délicate vis-à-vis de Konoha, mais les bénéfices étaient trop importants pour reculer.

Pendant ce temps, l’unité à la charge de Suisen s’était activée également, enchaînant recherches et de toutes sortes d’informations possibles pour que la capacité du déchu du clan Hakushi puisse transmettre son pouvoir. Pendant l’une de ses recherches, Suisen était tombé sur l’image d’un serpent se mordant la queue, représentant un cycle parfait. Ce cycle lui rappela l’évolution qu’il essayait d’accomplir et son ambition infinie envers ce projet, c’est ainsi que ce serpent devint le symbole de son unité et que son nom devint l’Ouroboros. Et c’est dans les coulisses du village que se décidèrent certainement l’action la plus traitre et déloyal que Kumo n’eut jamais à réaliser, décimer un clan entier, un clan allié, pour la prospérité du village. L’Ouroboros fut chargé de l’enlèvement des derniers Hakushis pour finalement les tuer et utiliser leur sang pour leur recherche. Les informations partagées par Konoha sur quelques techniques de scellement permettraient certainement à l’Ouroboros d’atteindre leur objectif. Bien que la collaboration avec la feuille soit de courte durée.

Chapter VI

Between lines #7 : Votre plus grosse honte : Ne pas avoir eu le courage de me débarrasser de mon clan avant.

La mission confiée aux ambassadeurs des nuages fut un échec complet. Ils avaient réussi à kidnapper la jeune héritière du clan Hyuga sans soucis, mais finalement, ils n’avaient pas réussi à atteindre les frontières du pays de la foudre à temps et ils furent tués pour leur acte. Suite à cet incident, le Raikage voulut déclarer la guerre à Konoha, mécontent de l’échec de la mission et attristé par la mort de ses hommes. Mais un accord fut proposé par Suisen, celui de proposer un ultimatum à la feuille pour leur livrer le corps d’un ninja du clan Hyuga pour avoir tué leurs hommes, sinon une quatrième Grande Guerre Shinobi éclaterait, cela serait inévitable. Le Raikage apprécia l’idée et envoya une requête immédiatement pour Konoha. Finalement, les Kumojins furent trompés et reçurent le corps d’un membre du clan Hyuga dont le Byakugan était scellé une fois tué. Cela importait peu puisque Suisen avait eu le temps de s’emparer de son pouvoir avant de l’achever dans d’affreuses souffrances.

Les recherches avançaient à grands pas, n’ayant quasiment pas de limites au sang requis et disposant de nombreuses données rassemblées depuis toutes ces années pour parfaire leurs expérimentations. L’Ouroboros devenait une unité de plus en plus importante et influente dans le village, ayant même en charge plusieurs équipes d’intervention, capables d’aller recueillir des données nécessaires voire des prisonniers aux dons héréditaires. C’est ainsi que l’unité put mettre la main sur d’autres capacités, telles que le Shikotsumyaku du clan Kaguya ou le Hyouton du clan Yuki, toute deux clans de Kirigakure, persécutés par leur propre village suite à la rébellion de nombreux ninjas envers leur gouvernement. Suisen n’avait eu aucun mal à s’emparer de leur capacité grâce à son livre et à les utiliser par la suite, pourtant, il n’était toujours pas en mesure de les transmettre à d’autres individus.

Le Raikage ne pouvait rêver meilleure situation pour son village, il possédait l’armée la plus puissante dans le monde ninja, l’économie la plus florissante et posséder deux armes dont la puissance dépassée l’entendement. Son jeune frère, Killer Bee, avait fini par maîtriser le démon à huit queues et à pouvoir même se transformer et utiliser la puissance du monstre. Alors que les recherches de l’Ouroboros avaient à grands pas et que Suisen devenait de plus en plus puissant chaque jour. Pourtant, Aa voyait une menace en Suisen, à cause de son intelligence et de sa personnalité incontrôlable, même si sa loyauté envers Kumo ne faisait aucun doute, personne ne pouvait prédire ce que l’usurpateur des nuages pouvait avoir dans la tête.

* * *

Finalement, ce fut après cinq longues années de recherche et d’investissement que l’Ouroboros réussit son objectif. De nombreuses pertes avaient dû être recensées suite aux essais ratés de l’unité, mais le prix payé en valait certainement la chandelle puisque Suisen était en mesure de transmettre une capacité contenue dans son livre à une autre personne suite à un rituel et une technique de Fuinjutsu plutôt complexe. Les recherches qu’ils avaient menées ne leur avaient jamais permis d’établir un lien direct entre le livre et le corps de l’autre personne. C’est pour cette raison que les recherches mirent autant de temps à se concrétiser, ils durent mettre au point une technique de Fuinjutsu simultanée, exécutée au même moment par les deux mains, mais en libérant deux motifs différents et aux fonctions différentes. Un simple émetteur sur la page du livre concerné et un simple récepteur sur le corps du nouvel héritier. Ceci sous la forme d’un sceau gravé à vie sur le corps de la cible et dont l’action est irréparable.

C’est ainsi que le premier membre d’élite de l’Ouroboros naquit. L’expérience avait raté une centaine de fois avant celle-ci et chacun des corps avait réagi différemment sans que le sceau ne puisse être effectif, aussi bien sur le livre que sur les corps, pour ceux qui n’avaient pas fini en morceaux. Mais cette fois-ci, la jeune femme à la peau mate et à la poitrine généreuse qui s’était portée courageusement volontaire fut en mesure de se relever après le rituel, le sceau bien apparent, aussi bien sur elle que sur le livre. Mais était-elle réellement capable d’utiliser la capacité de la page ? Suisen, qui avait déjà utilisé ce pouvoir, essaya de l’expliquer à la jeune femme pour qu’elle puisse l’utiliser. C’est alors qu’elle le fit, elle réussit à faire usage du Shikotsumyaku, le don perdu du clan Kaguya. La femme fit ressortir d’innombrables os de son corps sans sentir la moindre douleur ou sans même se fatiguer, elle était complètement compatible avec le pouvoir qu’elle venait de recevoir. Alors que Suisen lui demanda son prénom, celle-ci lui répondit simplement « Shinobu ».

Après ce premier succès, le Raikage permit à Suisen de siéger au premier conseil de Kumo, devenant le plus jeune ninja ne s’étant jamais assis autour de cette table. Cela permit à l’Ouroboros d’avoir encore plus d’influence et de pouvoir faire n’importe quel acte sans avoir peur d’être puni puisque leur créateur et leader était devenu l’un des hauts conseillers ninjas du Raikage. Alors que du côté du Raikage, ce dernier ne cherchait qu’à garder sa précieuse arme en sein du village pour ne pas se la voir voler ou tuer par un pays ennemi. Cela aurait été une perte plus que tragique, surtout que Suisen pouvait transmettre les capacités contenues dans son livre à présent. De nombreux autres essais eurent lieu, mais beaucoup ne purent supporter le pouvoir qu’ils avaient décidé de recevoir et moururent dans d’atroces souffrances alors que leur sceau émetteur disparaissait du livre pour rendre disponible leur pouvoir à nouveau. Et finalement, dix membres d’élite de l’Ouroboros finirent par être créés et dirigés par Hakushi Suisen qui avait finalement réussi son objectif.

* * *

Âgé de trente-trois ans, une vie de ninja bien accomplie et un cycle d’évolution enfin bouclé, Suisen ne pouvait rêver mieux. Malgré son passé tourmenté, il avait réussi à se faire une place dans ce système et à gravir les échelons au fur et à mesure, restant calme et patient et attendant de pouvoir saisir son opportunité. Le Raikage avait fait de lui l’un de ses plus proches conseillers et lui avait dit un jour : « Je suis persuadé que tu es celui qui permettra à Kumo d’écrire encore et toujours les lignes de son histoire digne et puissante ». Mais finalement, bien que loyal envers Kumo, Suisen ne servait que ses propres convictions et ambitions et il ne le cachait pas particulièrement. Autrefois un enfant calme et aimable, il était un homme froid et sinistre à présent. Seul le pouvoir l’intéressait, son propre pouvoir, un narcissisme qui finirait bien par entrer en conflit avec les hautes autorités du village, bien qu’il en fasse partie et bien qu’il soit indispensable pour le village.

Selon les derniers rapports reçus et lus par le Raikage, Suisen a décidé de changer les fonctions détenues par l’unité Ouroboros pour qu’elle devienne une unité d’intervention en charge de traquer tous types de criminels et de possesseurs de dons héréditaires, chose approuvée par l’ombre de la foudre qui ne voyait en cela qu’un moyen de renforcer son village. Cela faisait de nombreuses années que Suisen n’était pas retourné sur le terrain, du moins officiellement puisqu’il avait accompli quelques missions tenues top-secret officieusement, pour le compte du Raikage. De plus, il n’avait plus forcément besoin de se déplacer puisque les dix membres d’élite de son unité étaient présents et qu’ils n’auraient jamais osé remettre en cause un ordre ou la parole du déchu du clan Hakushi. Ils craignaient bien trop sa puissance et l’aimaient également pour les avoir permis d’exister en tant que ninja. Il leur avait permis d’être spéciaux et de pouvoir le faire savoir à tous les autres ninjas du village caché des nuages.

Pendant ce temps, la situation en dehors du village semblait changer du tout au tout puisque l’ancien Mizukage, Yagura, fut finalement vaincu par un groupe de rebelles et qu’une nouvelle ère allait commencer pour ce village dont l’histoire était entachée du sang de leurs propres forces. Alors que dans le pays du vent, certaines rumeurs contaient la destruction totale du village caché du sable, certaines rumeurs qui ne pouvaient être ignorées et prises à la légère. C’est ainsi que le Raikage, sous l’influence de Suisen, envoya une équipe pour aller voir ce qui se passait là-bas, avec à sa tête, Shinobu, le premier membre d’élite de l’Ouroboros.




Revenir en haut Aller en bas
Hakushi SuisenMessages : 18
Date d'inscription : 11/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: SS - 45
Expérience:
258/500  (258/500)
Informations ninja:
avatar
Ninja légendaire de Kumo
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Sep - 17:58
Bonsoir,

Ma présentation est enfin terminée, j'ai finalement réussi à écrire ma psychologie, bien qu'elle me satisfasse pas pleinement, elle décrit assez bien mon personnage. Je n'ai pas corrigé les fautes dans l'histoire, je m'excuse par avance ! Razz
Bon courage et merci d'avance pour mon évaluation.
Hakushi Suisen, Dc d'Itachi.
Revenir en haut Aller en bas
Matsuden MarikoMessages : 101
Date d'inscription : 01/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: C - 5
Expérience:
120/200  (120/200)
Informations ninja:
avatar
Genin de Kumo
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Sep - 6:29
Bon, je ne vais pas te faire attendre plus longtemps. Voilà une très belle fiche qui explique bien ton perso et la création de l'Ouroboros. Pour les fautes, ce n'est pas bien grave. Avec une histoire de aussi longue c'est assez compréhensible. Je te valide donc Ninja légendaire de Kumo, rang SS niveau 45.
Tu as droit à deux jets de dés bonus pour l'originalité et la qualité de ta présentation.

Tu commences avec 15000 Ryos auquel s'ajoute ton gain de 1150 Ryos. Ce qui te fais 16150 Ryos que tu peux utiliser pour faire ta fiche technique. Tu connais la suite donc pas besoin que je te la redise. Very Happy


Dernière édition par Matsuden Mariko le Mer 17 Sep - 6:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître du jeuMessages : 415
Date d'inscription : 30/08/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: Dieu - 99
Expérience:
500/500  (500/500)
Informations ninja:
avatar
Maître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Sep - 6:29
Le membre 'Matsuden Mariko' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Bonus présentation' :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Présentation d'Hakushi Suisen 白紙水仙

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Ekisha  :: Start :: Registre des personnages :: Présentations validées-