AccueilAccueil  FAQFAQ  CarteCarte  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Rapport [Konan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Akasuna no SasoriMessages : 15
Date d'inscription : 13/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: S - 35
Expérience:
148/400  (148/400)
Informations ninja:
avatar
Membre d'Akatsuki
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Oct - 16:35
Une vaste fumisterie, voilà ce qu’était tout cela aux yeux du maître-artisan. Il avait dû faire équipe avec Itachi, un homme qui était tout sauf raisonnable et qui avait fait passer sa rancœur et ses liens du sang avant la mission. Après tout, si Miku était une Uchiha en balade, il leur aurait suffi de l’éliminer et on n’en aurait plus parlé, Pain n’aurait pas même eu à savoir son existence. Seulement voilà, Itachi avait absolument tenu à la laisser partir pour une raison que Sasori ignorait. Probablement encore des liens subtils qui lui rappelaient le temps où il faisait partie de son clan maudit. Les Uchiha, depuis son enfance à Suna, le marionnettiste en avait entendu parler à de nombreuses reprises, un clan avec des pupilles maléfiques qui étaient capables de créer les pires illusions… Ils pouvaient tuer ou étourdir rien que par le regard pour les plus expérimentés…C’était le cas d’Itachi. Mais au final, que restait-il de ces fiers guerriers ? De la poussière, quelques survivants éparses qui se détestaient mutuellement. On a beau avoir un puissant pouvoir, la réalité biologique finit toujours par nous rattraper, le moment où notre corps s’affaiblit, où il succombe aux affres de l’âge et où, petit à petit, on comprend qu’on est vieux et qu’on va finir par être assassiné par un homme plus jeune, plus vigoureux et bien plus motivé que nous. Dans les clans anciens, c’était comme ça que cela se passait, aujourd’hui, les Kage suivent le même rituel, ils laissent leur place à un plus jeune lorsqu’ils sont défaits, une manière de ritualiser sans la morts. Un cocktail infâme de sentiments et de défi, tout cela ne signifiait rien aux yeux de Sasori. Encore des histoires pour occuper les bonnes femmes dont les chiards puants avaient déconnecté des véritables objectifs et de l’essence de cette vie. Au fond, que cette jeune Uchiha leur ait échappé, cela n’avait aucune importance, il la retrouverait à un moment ou à un autre, tout simplement car il avait l’éternité devant lui. Dans trente années, le corps de Sasori n’aurait pas vieilli, il serait toujours le même : il lui suffirait de remplacer régulièrement le liquide nutritif dans son « cœur » et également les différents conservateurs et autres mixtures qui lui permettait de garder les quelques fragments de tissus qui se trouvaient à l’intérieur à l’abri de la détérioration. Ces cellules se diviseraient indéfiniment, il ne vieillirait jamais et conserverait toujours cette apparence. Un corps comme celui de Sasori pouvait être réparé et amélioré à l’infini, il pouvait le rendre plus agile, plus efficace et y greffer de nouveaux outils qui lui permettraient de gagner en efficacité pour trouver de nouvelles marionnettes. La technique qu’il apprenait et le coup de main en revanche, cela comme son savoir global ne cesseraient de croître. Le niveau du marionnettiste avait atteint celui de légendes connues internationalement, même s’il n’était pas encore au niveau de la réputation d’un Sannin, ses talents étaient reconnus, son nom suffisait à faire frissonner dans certains coins du monde.
 

Flashback, quelques années auparavant, Pays de l’Herbe.

 

Le petit village de Komu avait lancé une rébellion au sein du pays de l’herbe. Combien de temps cela pourrait-il durer ? La province de Komu était une des plus riches de son entourage et c’était concrètement un problème qui aurait pu renverser l’ordre établi dans ce pays. L’armée de mercenaires et de shinobi levée par Komu était si grande qu’elle avait défait plusieurs fois l’armée régulière du Pays et qu’elle avait porté le chef du village de Komu au rang de Damiyo usurpateur, laissant même apparaître en son rang un général du nom de Ketsu qui manoeuvrait ses troupes avec un talent quasi-professionnel. Les dirigeants du Pays de l’Herbe avaient été très ennuyés, au point d’avoir recours eux-aussi à un groupe de mercenaires tout droit sortis des bas-fonds du monde shinobi, un groupuscule qui pourtant avait de très bons résultats et qui se faisait nommer Akatsuki. Lorsque le Damiyo avait pris contact avec un des dirigeants de l’organisation, ce dernier lui avait assuré qu’un seul de leurs hommes suffirait à défaire l’armée de Ketsu qui avait pris le contrôle de tout le nord du pays et mis en fuite une grande partie des troupes régulières. Les dirigeants de l’Herbe n’avaient pas cru en ces boniments, ils ne savaient pas comment un ninja unique pourrait changer la donne. Cela bien évidemment, le chef d’Akatsuki s’était bien gardé de leur expliquer, leurs méthodes et les membres n’étaient pas révélées, même aux employeurs. Une fois la transaction réalisée, les dirigeants du Pays de l’Herbe furent informés que le Général Ketsu et son armée seraient défaits à Komu.

 

Un stratagème simple, enfantin, les chefs militaires de l’Herbe avaient laissé filtrer des informations qu’ils prévoyaient d’envoyer toutes leurs troupes dans un assaut général dans la plaine qui bordait le village de Komu, berceau de cette vile révolution. Bien évidemment, il n’en était rien, ils n’avaient d’ailleurs pas de troupes assez solides pour mener un tel assaut. Quoi qu’il en fut, cela vint aux oreilles de Ketsu qui rassembla ses troupes afin d’en finir une bonne fois pour toute avec le Pays de l’Herbe et les reliques de son armée. Il y avait là plus d’un millier d’hommes : des hommes à pieds en armure, lourdement équipés ; de nombreux shinobis, certains portant un étendard à l’effigie du nouvel ordre du Pays de l’Herbe et aux couleurs de Komu et enfin des cavaliers, lourdement caparaçonnés qui étaient prêts à charger l’ennemi. Une armée peu conventionnelle montée à partir de différents groupes de mercenaires qui étaient venus à coopérer. Ketsu était d’ailleurs bien décidé à en finir, il ne savait pas vraiment ce qui se passerait une fois qu’il aurait pris le pays de l’Herbe, probablement deviendrait-il Damiyo…Dans tous les cas, le pays entier lui prêterai serment et son armée serait encore plus puissante, qui sait ? Peut-être qu’après s’être occupé du Pays de l’Herbe il pourrait convoiter d’autres pays et instaurer l’ordre tel qu’il le concevait. Pour l’instant, le général Shinobi avait ordonné ses troupes dans la Plaine, il était maintenant maître d’un Pays tout entier, ou du moins allait-il le devenir sous peu. Ketsu était un homme trapu et puissant, son armure n’enlevait en rien son charisme, il avait longuement discuté avec ses principaux lieutenants qui avaient organisé l’armée pour la dernière bataille qui allait se tenir incessamment. Le général scrutait la petite plaine, à la recherche des ennemis qu’il avait tant attendu.

 

C’est alors qu’il le vit. Un petit homme rabougri qui sortit lentement des fourrés. Ce qui intrigua le Général, ce fut cette cape noire aux nuages rouges qui l’ornaient. Le vieil homme semblait ramper et son visage était couvert d’une pièce de tissu et caché par une coiffe de paille qui comportait quelques clochettes. Alors qu’il rampait, le seul bruit perceptible était ces petites clochettes, qui semblaient annoncer quelque chose de funeste. Cet homme était seul et s’avançait lentement vers l’armée…ce ne fut que lorsqu’il fut à environs une dizaine de mètres qu’il stoppa sa lente avancée. D’un geste lent, il ôta sa coiffe et fixa d’un air mauvais les hommes qui se trouvaient en ligne. Sa voix calme et rocailleuse s’éleva alors qu’il fixait Ketsu.

 

« Tu es bien le Général Ketsu ? L’homme qui a fait sécession avec  le pays de l’Herbe ? »

 

Le Général fixa le petit homme du haut de son destrier et répondit. La voix du général était claire, elle dégageait une certaine aura et cet aspect de meneur d’homme transparaissait à travers cette manière de s’exprimer.

 

« Oui, je suis le Général Ketsu. Que veux-tu vieil homme ? Tu ferais mieux de rentrer chez toi, une grande bataille va avoir lieu ici et les troupes du Pays de l’Herbe ne tarderont pas à arriver. »

 

Lentement, les yeux du vieil homme roulèrent pour fixer intensément ceux de Ketsu. A cet instant, le Général comprit que quelque chose ne se passait pas comme prévu. Dans le regard du vieil homme, quelque chose était perceptible, mais il était difficile pour l’officier de savoir quoi. Il y avait quelque chose de malsain dans les yeux de ce vieillard qui ressemblait plus à un monstre qu’à un être humain. La silhouette trapue et compacte du personnage laissait entrevoir un corps étrangement rabougri…Avait-il subit des mutilations ? Peut-être était-ce un vétéran de guerre. Une impression étrange se dégageait de la vue de cet homme.

 

« Les troupes du Pays de l’Herbe ne viendront pas…j’ai déjà éliminé la plupart de leurs officiers. Le Damyio m’a demandé de faire en sorte que ce pays ne subisse plus aucune secession…Cela passe par la destruction pure et simple de toutes les institutions qui dirigent les ninjas et les forces armées de ce pays. Pour le reste, j’ai une autre mission… »

 

Tout fut soudain, un « pouf » caractéristique qui fit disparaître le vieillard, laissant entrevoir une silhouette toute svelte et petite. Alors que la fumée se dissipait, un enfant vêtu de la même manière que le vieillard apparut. Il possédait une chevelure rouge et son visage semblait parfait, ses ongles peints de cyan. L’enfant avait exactement le même regard que celui du vieillard et semblait tout aussi froid, il prit à nouveau la parole.

 

«…Vous exterminer jusqu’au dernier. »

 

Ketsu comprit alors ce qu’il y avait dans ce regard. Le sang et le meurtre, celui qu’ils avaient face à eux était un homme qui avait probablement tué des centaines voire des milliers de personnes, un tueur expérimenté, probablement un shinobi. De là à attaquer une armée seul, il y avait un pas à franchir. Ce fut l’un des lieutenants de Ketsu qui prit la parole.

 

« Pauvre fou…merdeux ! Tu devrais nous supplier de ne pas te massacrer et tu mutiler en punition de ton insolence. Tire-toi et ne reviens jamais. Nous sommes toute une armée et tu es seul. »

 

Le visage du petit homme était toujours aussi impassible, un parchemin tomba dans sa main et il entreprit et il passa son autre main dans sa cape, ouvrant lentement sa poitrine, bien évidemment, cela n’était pas visible pour ses ennemis du fait de la cape. Ce corps avait pas mal de surprises et ils ne savaient probablement pas tout ce que le marionnettiste leur réservait.

 

« … »



D’un mouvement sec, Sasori lança le parchemin en l’air qui laissa s’échapper de multiples bruits d’invocation. Alors que le ciel se remplissait de marionnettes, le sourire sur le visage des hommes de Ketsu disparaissait peu à peu…Ils ne comprenaient pas. Plus d’une centaine de marionnettes armées jusqu’aux dents se trouvaient en l’air, ayant quasiment obscurci le ciel. En un instant, plusieurs fils de chakra semblèrent s’échapper de la poitrine de Sasori, se connectant chacun à une marionnette. Le marionnettiste          avait déployé sa propre armée. Cela demeurait du 1 contre dix, mais il avait plusieurs avantages que ses adversaires ne connaissaient pas. Le poison étant le principal…Une arme terrible qui ferait effet assez rapidement face à des gens qui ne savaient pas à qui ils avaient affaire. Sans autre forme de procès, les marionnettes chargèrent.




 ***



Combien de temps s’écoula-t’il ? Dix minutes, peut-être une heure, quoi qu’il en soit, des corps jonchaient le sol. L’armée de Ketsu avait été décimée par l’armée de marionnettes, les hommes étaient tombés comme des mouches et le Général avait rapidement compris que cet enfant qui manipulait autant de marionnettes avait recours à quelque chose de beaucoup plus pernicieux pour vaincre, ses équipements étaient empoisonnés, il l’avait compris quand un de ses lieutenants était tombé quelques temps après avoir subis une égratignure des créatures synthétiques. Ces marionnettes n’avaient pas pour unique but de vaincre, leur but était de blesser et d’empoisonner la cible. Ketsu était le seul encore debout, il se dressa alors sur le rocher qui lui avait servi d’abri, son sabre dehors. D’un mouvement ample, il évita une charge de trois marionnettes, les détruisant de sa lame. Deux autres tentèrent de le prendre à revers, mais le Général lança un kunaï dans la tête d’une qui s’écroula pendant qu’il contrait l’attaque au sabre de l’autre avec sa propre lame, lui tranchant les mains puis la tête. Il n’était pas le Général de cette armée pour rien, il avait mérité son titre. Au fond de lui, il les rêves de grandeur s’étaient étiolés, il n’y avait plus qu’une rage terrifiante, il avait perdu son armée et était prêt à tout pour tuer cette enfant monstrueux. D’un mouvement toujours aussi expert, il s’élança dans la direction de Sasori, tranchant une nouvelle marionnette puis s’abritant derrière un autre rocher. La voix froide et mauvaise de l’enfant retentit.

 

« Tout ce que tu fais n’a plus aucun sens, tes hommes sont morts, tu n’auras jamais la mainmise sur le pays de l’herbe…C’est fini et tu mourras bientôt. »

 

Le souffle de Ketsu était haletant, il était acculé et le savait. Le Général avait perdu et pourtant, il ne pouvait se résoudre à abandonner.

 

« Je vais peut-être mourir, enfoiré de merde ! Mais je vais te traîner dans la tombe avec moi ! »

 

Ketsu sortit à nouveau de son rocher, lançant quelques kunaïs à l’emplacement où se trouvait l’enfant. Le marionnettiste se décala, esquivant la volée. Son regard était toujours aussi froid, toujours aussi méticuleux. L’artisan rassembla ses marionnettes derrière lui et les laissa s’entasser, comme s’il ne voulait plus les utiliser. D’un mouvement ample, il anima une seule de ses marionnettes, ressemblant à un homme de taille imposante qui portait des lames en guise de griffes.

 

« Très bien, l’attaque de masse ne fonctionnera plus avec toi…je vais donc te combattre avec une de mes pièces. J’espère que tu es prêt à mourir. »

 

Ketsu était toujours enragé, mais il ne répondit même pas, fonçant à toute allure vers cet enfant qu’il voulait décapiter. D’un mouvement tout aussi rapide, le marionnettiste élança sa création sur son adversaire. Le choc eut lieu dans un bruit métallique, quelques étincelles tombèrent sur le sol. Le combat fut terrible, chaque assaut de la marionnette était contré d’une main de maître par le Général et chaque attaque du Général contrée par la marionnette. Sasori bougeait avec agilité, faisant voler ses mains avec une grande maîtrise, les mains tournaient, les doigts se pliaient lentement ou plus rapidement, avec un timing presque parfait, l’artisan effectuant parfois des mouvements bien plus marqués qui balançaient son corps et celui de la marionnette. Alors que Ketsu revenait à l’assaut, un sourire malsain se dessina sur le visage du marionnettiste qui bougea l’auriculaire droit. La marionnette ouvrit la bouche…une volée de sembons s’échappa à toute allure de l’orifice en direction du Général qui contra avec maîtrise les projectiles avec sa lame. Plusieurs dizaines d’armes ninjas qui furent toutes contrées.

 

« Tu te défends bien…Général…Mais j’ai déjà gagné… »

 

Ketsu fixait toujours le marionnettiste avec un regard de défi. C’est alors qu’il le sentit…Le liquide carmin et chaud sur sa joue, une éraflure, presque rien. Le poison du scorpion était en lui, il ne l’avait pas même senti mais Sasori avait gagné. Il s’écoula plusieurs minutes de combat alors que Ketsu multipliait les erreurs et finit par s’écrouler, victime du poison et empalé par la marionnette qui lui trancha la tête. Sasori avait gagné, il se contenta de sourire en voyant les corps qui jonchaient le sol, il avait vaincu une armée à lui tout seul. Utilisant à nouveau son parchemin, il rassembla ses marionnettes et les scella à nouveau, scellant aussi celles qui étaient en morceau, une marionnette se réparait à l’infini. D’un mouvement tout-aussi expert il invoqua à nouveau Hiruko, personne ne serait là pour témoigner et dire à quoi ressemblait son corps véritable, ainsi Sasori resterait sous l’apparence d’Hiruko et les chasseurs de déserteur du Sable ne pourraient pas le retrouver.

 

Le corps fragile de l’adolescent déboutonna la cape d’Hiruko et provoqua l’ouverture de son immense carapace dorsale. A l’intérieur de la marionnette se trouvait une sorte de piège en osier et plusieurs parchemins et équipement. Voilà le foyer de Sasori, voilà le siège de sa collection et de son esprit. Lentement, Sasori assit son corps dans la marionnette-armure, rangeant ses parchemins et enfilant un sac noir de toile pour se protéger. La carapace pivota, fermant la marionnette qui reprenait vie et enfilait sa cape…

 

Sasori venait d’arriver au point de rendez-vous, un coin de la forêt du Pays du Feu, c’était là qu’il devait faire son rapport. Il ne savait pas à qui il devrait le faire, le leader d’Akatsuki ne se déplaçait que très rarement et en général préférait les communications télépathiques.  Cela n’avait plus vraiment d’importance, maintenant ce qui comptait c’était  expédier rapidement ce rapport qui ne devait pas être chronophage. Arrivé au point de rendez-vous, la créature rampante stoppa sa course, attendant que quelqu’un se manifeste.
Revenir en haut Aller en bas
 

Rapport [Konan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» rapport de bataille apocalypse
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Ekisha  :: Hi no kuni 火の国 :: Alentours : Forêt-