AccueilAccueil  FAQFAQ  CarteCarte  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 DYONISOS ; JIMMU ϟ 鬼灯一族

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Taira no MasakadoMessages : 12
Date d'inscription : 13/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: A - 21
Expérience:
0/325  (0/325)
Informations ninja:
avatar
Jonin de Kiri
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Sep - 11:11

Présentation   de   Jimmu.




Informations
▌Nom : 鬼灯一族, Hôzuki Ichizoku ; issu d'un clan kirijin, à vrai dire il n'était pas un sang pur en quelque sorte mais un sang-mêlé. Son procréateur qui est son père est issu du clan qui a tapissé dans l'ombre auparavant, d'ailleurs les capacités de l'enfant viennent de sa tribu. Réputés pour être de bons épéistes, et cette aptitude qui rend unique son clan était maîtrisée par chacun d'entre eux, dont Masakado.
▌Prénom : Jimmu ou Jinmu c'est la même chose à vrai dire, une dénomination qui était semblable  à  celle d'un empereur japonais.
Surnom : Taira no Masakado tout comme ce rebelle qui avait attaqué un gouverneur, ça remontait à des millénaires, plus ou moins.

▌Âge : La vingtaine, plus exactement 25 automnes.
▌Sexe : Masculin.

▌Lieu de naissance : Mizu no Kuni au sein d'un clan de rebelles.
▌Village : KiriGakure no Satô.
▌Grade et niveau : Ninja d'élite de Kiri no Kuni, niveau 35ou moins as you wish..
Psychologie
On peut souligner sa dénomination, celle d'un empereur et depuis qu'il a perfectionné son talent il devenait vaniteux. Il sous-estime actuellement toutes personnes, même ses supérieurs qui sont extrêmement puissants voir plus dominants que Taira. Il pourrait agir en vain puisqu'il est prétentieux, mais il ne faut pas le prendre pour un idiot non au contraire il est artificieux, il pourrait concocter des stratagèmes utiles et impressionnants contre ses ennemis ou même pendant un entraînement.  Il déclinait toute aide, en montrant son côté vantard aux yeux de tous, il snobait tout ce qui était en rapport avec la coopération, il voulait être seul en montrant ses capacités aux personnes présentes autour de lui, il attirait la haine ainsi sa réputation évoluait du côté négatif, les shinobi de son village perdaient beaucoup d'estime envers cet élu. Il devenait détestable de plus en plus, même les plus hauts gradés ne l'aimaient pas et ne venaient jamais en aide à Taira, ce qui dévoilait l'enfant odieux, il se foutait de la mort de n'importe qui, et principalement des personnes supérieures à lui. Après tout, il s'en foutait pas mal d'être en dessous de quelques dirigeants, pour lui ce n'était pas un problème, car il pouvait facilement  les exterminer et bien sûr à lui seul, sans aide. Même si la personne la plus douée lui proposait de l'aide, il refuserait, ce qui est très rare et stupide. En fait, quand il était plus jeune, si l’on résume en quelques mots c'était un loup solitaire, mais un loup avec beaucoup de respect, même s'il ne le montrait pas vraiment.

Il est devenu une personne irrespectueuse. Il insultait tout le monde que ce soit coéquipiers, supérieurs, villageois et même des adversaires puissants et dangereux. Il pourrait balancer des injures sur n'importe qui et même sans raison. Il se sent supérieur alors il se permet de se mettre en hauteur ou sur un trône pour cracher sur ce monde où les déchets sont les hommes. Il n'a pas vraiment connu ses parents et il n'a même pas envie d'y penser  puisqu'il ignore ce fragment de vie qui aurait pu le changer ou lui donner un bonheur tellement grand qu'il serait différent aux jours d'aujourd'hui. Mais ce n'est pas le cas, puisque son clan était pire que lui et ce n'était pas une grande nouvelle car ils étaient connus pour leur mentalité de tueurs, ils ont même un surnom mais ils ne pouvaient pas, les shinobis et civils de Kiri dégrader cette famille un des Mizukage en était un. Le village gardait son silence sur cette tribu par peur de ne pas se prendre un coup d'état et de ne pas manquer de respect à la personne qui a dirigée le village en le laissant en vie, en quelque sorte.

Taira se considère supérieur à tous et plus particulièrement à ses ennemis. Il veut se battre sans cesse pour prouver aucune erreur de sa part. Il se montre en tant que chef incontesté, donc un roi et si une personne osait le sous-estimer, une haine profonde et du mépris pourraient commencer à régner en lui pour décimer l'individu insolent qui l'a attaqué verbalement. 

De plus, il semblait être indépendant, libre. En fait, c'était lui qui se donnait ce rôle de roi fier donc il se mettait à désobéir et en assumer les conséquences. Comme je l'avais dis, il est vaniteux, cynique et il n'a pas peur de se confronter face à  son dirigeant quitte à se battre avec lui et c'est agir bêtement mais il n'était pas du genre à avoir peur donc il défiait qui il voulait. D'ailleurs ce qui se marie bien avec cette mentalité d'insolent, c'est l'impulsivité et il était bel et bien incontrôlable. Sa colère pourrait l'envahir même avec des petits mots pas vraiment méchants mais il fallait garder certaines phrases en soi pour ne pas l'énerver. Il pourrait être brutal et il ignore le code de l'honneur, il pourrait s'en prendre aux femmes mais d'une autre façon qu'avec les hommes. Il montre peu de respect pour l'autorité, donc il se montre violent. Souvent dans un combat, un sourire sauvage pourrait s'afficher sur son visage montrant sa mentalité de psychopathe et ça l'empêche de penser clairement car il est prit par la violence et des pulsions meurtrières pourraient commencer à taper sur ses méditations.

Néanmoins il sait se montrer loyal, si son adversaire est en mauvais état avant le combat il pourrait l'épargner en lui montrant de la pitié pour remettre  ce combat plus tard lorsque sa victime sera prête à se battre. Déjà qu'il se montre arrogant même lorsque son adversaire est en bonne état, alors si elle est salement amochée il pourrait s'amuser avec elle. Il se montre aussi généreux envers les personnes en qui il doit des dettes. En fait, ça ne l'arrange pas du tout car c'est l'opposé de sa personne, le contraire de ses faits et gestes. Mais il n'est pas un démon, il peut se montrer bon parfois, rarement même mais ça fait apercevoir une lumière en lui qui brille encore. En fait, il a créé son propre code de l'honneur, ne pas attaquer ses ennemis jurés lorsqu'ils sont pas en état de combattre et payer ses dettes.
.




Histoire
ECRIRE ICI.
Taira naquit dans les terres du pays de l'Eau, plus précisément dans un coin reculé dont peu de personnes en connaissaient l'existence. Âgé de quelques mois, notre future légende ignorait que ce monde cachait des choses étranges, surprenantes, anormales telles que les capacités spéciales, les pouvoirs de certaines créatures, une nouvelle espèce était apparue, les shinobi. De puissants individus maîtrisant des aptitudes, capacités, on pourrait appeler ça le talent. Il ne pensait qu'à jouer avec des automates, jouets, même si l’on ne pouvait pas nommer ça un jeu, mais plutôt un bazar formé, élaboré par un môme dont le savoir était succinct, bref, restreints. Il ne connaissait rien, il ne savait même pas ce que faisaient ses parents, où il demeurait. C'était malheureusement quelque chose d'embêtant, mais si Dieu le voulait personne ne pouvait le contredire puisqu'il était au-dessus de tous, c'était lui qui avait créé les humains, les animaux, enfin tous les êtres. Des espèces connues dans une seule vie, dans un seul monde, une seule planète : la Terre. Elle était fascinante, extraordinaire malgré les inconvénients, les défauts de ce globe énorme pour la vue de l'Homme. Il devait se cultiver dès son plus jeune âge, dès qu'il avait acquis la langue, le langage pour communiquer et surtout comprendre les dires de ses futurs enseignants, de ses parents ainsi que ses amis. Il devait connaître toutes les choses importantes, tout ce qui était en rapport avec le ninja, la maîtrise des techniques shinobis, enfin bref comme dirait quelqu'un « le savoir est une arme », mais dont on ne se sert pas assez. Taira allait devenir l'idée, la culture, la sagesse, il allait tout regrouper dans sa mémoire pour connaître chaque jutsu, légendes, faiblesses pour vaincre n'importe qui.

Entouré de ses jouets, de son amusette en gros. Il ne savait même pas que ce monde était un univers cruel, rempli de criminels, de violences. Des personnes qui étaient irascibles, ils pouvaient se mettre en colère si facilement qu'on pouvait en être choqué tellement que c'était brusque la façon dont ils agissaient. Tuer des personnes inoffensives, sans une raison ou seulement pour un regard. L'humanité était dangereuse malheureusement. Il ne savait rien de tout ça pendant qu'il jouait avec de vulgaires objets. Mais dès l'âge de six ans il devait s'entraîner, apprendre, tous les jours sans cesse pour devenir un vrai ninja et être plus puissant que les Kage. On se demanderait pourquoi lui et pas un autre, en fait il avait un lien avec le dirigeant du pays du fer. Ce n'était pas rien, c'était un grand homme, quelqu'un de dominant, vigoureux enfin bref il était puissant si l’on devait mesurer sa force c'était la seule chose à dire, le seul mot à prononcer. Taira a été envoyé dans le pays de du fer seulement pour une raison de sécurité, pour ne pas être poursuivi par des bandits pour être kidnappé ou tué, ça dépendait des personnes, de la bande qui voulait s'en prendre au petit. Il vivait avec sa mère dans une paix profonde, en plein armistice, une bonne entente, une tranquillité limitée. Contrairement au père qui n'était pas souvent présent car il devait s'occuper des Hôzuki, la mère devait s'en occuper du petit, mais elle n'était pas apte à maîtriser l'art du ninja, elle devait seulement faire la garde et s'occuper de lui pendant sa naissance, son évolution vers les six ans pour ensuite l'amener à KiriGakure no Satô pour entamer ses années dans l'académie ninja.

Il allait devenir une légende mais différente des autres, car il aura été entraîné par des samouraïs malgré cette aptitude octroyée parmi son clan, celle de se liquéfier. En fait, cette compétence était connue dans le monde car elle rend unique cette famille, mais ce n'était pas du tout quelque chose de parfait, il y avait des avantages et des inconvénients seul un idiot le contesterait. Les années passèrent au pays du fer, dès l'âge de ses douze ans il avait maîtrisé le maniement du sabre. Le dirigeant de ce pays savait qu'il n'allait pas avoir la mentalité d'un bon samouraï, puisqu'il est né au sein des Hôzuki. De plus, il devait retourner à Kiri pour apprendre sur les autres capacités telles que le Ninjutsu, et cetera.  Mais ce n'était qu'une fois qu'il aura su maîtriser les deux fameuses techniques du dirigeant. Il y avait eu un problème à ce moment de sa vie, un énorme débat avait été ouvert par sa famille et le chef des samouraïs. Comme quoi il devait quitter le pays pour revenir au sein du clan afin d'apprendre rapidement à l'académie, mais il ne pouvait pas le laisser partir alors les derniers mots de son maître étaient : « Pour être un bon samouraï, respecte la voie du guerrier, le Bushidō. »

Une fois les paroles prononcées, Taira et sa famille quittèrent les lieux pour retourner dans leur village natal rapidement, du moins son clan était juste parti le chercher. La tristesse de la mère se faisait apercevoir pendant les au revoir, les larmes coulèrent à grosse quantité et c'était seulement un câlin qui avait réussit à ne pas faire couler le bateau. Le jeune homme aux cheveux bleus entendait les mots de son maître résonner dans ses plus beaux rêves.  Il devait se préparer à un changement, du pays du feu  à celui de l'eau. Il était en pleine escorte, c'était un voyage plus long qu'on ne pouvait le penser. Pour lui, c'était un bouleversement, il ne connaissait pas son père et il allait le connaître alors qu'il ne l'avait jamais vu, et son paternel n'était jamais là pour s'en occuper, contrairement à sa mère qui s'occupait de lui depuis ses six ans. Il avait un sabre que son sensei lui avait offert avec le sourire aux lèvres, les larmes aux yeux. Il ne voulait jamais lâcher ce cadeau, même en dormant il tenait fermement ce fourreau qui était remplit de multiples sentiments de bonheur. C'était la première et dernière fois qu'il aimait autant quelque chose, car au sein du clan Hôzuki sa psychologie avait été changée.

L'armistice était présente cette-fois, une trêve plutôt temporaire concernant la guerre puisqu'il y avait encore quelques tensions et pressions entre les grandes nations qui n'arrêtaient pas de se démener entre eux avec des raisons futiles comme prendre un terrain ou avoir le parchemin d'un village caché  et même avoir la plus grande réputation au sein de ce monde cruel et  anormal. L'antipathie était ubiquiste, ubiquitaire en gros présente partout, même dans les ruelles, les coins, les ruines, vraiment partout. Elle était mélangée avec pleins de sentiments, comme l'hypocrisie, la vengeance surtout ce dernier. Un châtiment contre la personne qui lui a fait du mal, quelque chose qui pouvait mettre une fin à l'histoire, au passé de la victime et de l'assaillant.
L'humanité a besoin d'hommes marginalisés. Ce sont les seuls qui peuvent faire bouger le monde.

Taira s'entraînait à chaque fois qu'il était disponible pour développer son kenjutsu afin de trouver les deux techniques que son maître lui avait montré sur des mannequins qui servaient énormément. L'académie ninja était une école très intéressante et c'était dedans que l'on apprenait beaucoup de choses sur le village dans lequel où Taira résidait. Pas seulement sur un village, mais plusieurs et aussi sur les guerres ninjas. Elles étaient dévastatrices.  Il avait apprit de nombreuses choses aussi sur le ninjutsu et d'autres arts extraordinaires, c'était ici qu'il commençait à s'intéresser sur certaines capacités comme le ninjutsu et ses affinités. D'ailleurs la sienne était le suiton suite au test qui n'était pas vraiment étonnant vu son clan.

Lorsqu'il avait apprit cette nouvelle, son clan avait commencé à l'entraîner plus rapidement pour qu'ils puissent partir tels des bandits afin de faire des actes meurtriers. C'est à cause de ça qu'il avait forgé une mentalité insolente, il commençait à balancer des injures à ses professeurs et camarades et il se battait même avec eux jusqu'à les mettre à l'hôpital. Mais les familles ne pouvaient pas se plaindre sauf si elles étaient puissantes. Beaucoup ne pouvait pas et sa famille l'encourageait à continuer pour montrer que son clan était surpuissant même au plus petit âge.

Il avait connu diverses choses, mais pas cette légende, Rikudô Sennin, le défunt, le père des Shinobi. Après l'académie, il y avait les examens, pour passer Genin avant. Avec son intelligence, il avait réussi ce devoir si facilement. Ils étaient stupéfiés, les examinateurs, les professeurs. Ils ne s'attendaient pas à une intelligence, à un QI si élevé.  Il portait le bandeau avec le symbole de Kiri. Son équipe avait effectué plus d'une vingtaine de missions de rang D. Une complicité était née entre eux, on passait beaucoup de temps ensemble en dehors des missions, on allait manger ensemble, regarder des films ... Mais quelques fois, il restait quand même à l'écart de ses coéquipiers pour essayer de finir d'apprendre ses techniques. Depuis le temps, il en avait appris quelques-unes; il pouvait en maîtriser des plus difficiles que les précédentes. Même si leurs missions étaient futiles, et lui faisaient gagner en expérience ainsi qu'en endurance. Après toutes ses missions, leur équipe était désormais apte à participer à l'examen des Chuunins dans Konoha no Kuni. Donc leur Sensei les  avait inscrits. Les jours passaient, une grande excitation résidait en Taira, du fait de mener enfin des combats, des épreuves de survies, ça lui plaisait tout ça. Après un long voyage, les voilà, ainsi que plusieurs équipes de Kiri et Suna étaient arrivées devant les portes de Konoha. Après avoir posé les bagages dans leur résidence louée pour l'occasion, ils étaient partis tous les trois visiter le village, les rumeurs disaient qu'un restaurant du centre-ville fait de très bon Ramen. Ils voulaient en avoir le cœur net, enfin l'estomac. Les rumeurs disaient vrai, ils avaient goûté les Ramen, il était effectivement excellent. Le lendemain matin, l'examen des Chuunin avait commencé enfin, plusieurs équipes constituées de trois Gennin s'étaient retrouvées dans une grande salle de classe en attendant impatiemment que l'examen commence. Quelques minutes plus tard, l'examinateur était là se dressant devant eux en inclinant son identité, celui-ci s'appelait "Ibiki Morino". Le premier examen était simple, il fallait répondre à des questions tout en étant surveillé par les examinateurs, le but était de tricher, mais quel dommage pour eux, Taira connaissait les réponses, eh oui il apprenait ses leçons, chaque jour, chaque nuit, les leçons qu'ils enseignaient à l'école. Les questions étaient toutes basées sur la stratégie, il avait lu un livre sur ce sujet justement. C'était encore une fois trop simple à son gout. Les bras croisés, il attendait impatiemment, avec son bob sur la tête évidemment, que les minutes passaient pour que la première partie de l'examen se termine pour enfin commencer la deuxième épreuve, celle de survie !

Cette deuxième partie consistait à rester en vie, tout en gardant un parchemin. Mais il fallait prendre le rouleau que l'équipe n'avait pas. Vu que Taira était le plus puissant, le plus cultivé des trois, il avait le parchemin sur lui, ce dernier était en sécurité et ses équipiers avaient confiance en lui, car il était le plus puissant pour eux. Les portes de clôture étaient ouvertes, dévoilant l'intérieur de la forêt de la mort. Toutes les équipes étaient obligées de se séparer dans les coins de la forêt pour établir, construire un plan, une stratégie. Tandis que son équipe était en train de contempler les alentours, les autres équipes s'entre-tuaient. Une fois en tête à tête avec une autre équipe, les ennemis étaient sadiques et voulaient s'en prendre à la fille du groupe en premier pour faire le premier sang au sein de l'escouade de notre ami, mais ce dernier n'allait pas les laisser faire. Il avait dégainé son sabre, celui offert par son grand-père, une canne dissimulant une lame. Seulement en quelques coups pour mettre au sol les ennemis, c'était époustouflant. Il saisissait le rouleau pour se qualifier, mais il fallait aller dans un bâtiment, et au nombre de pièges qu'il y avait. Mais tous déjoués par l'équipe stratège de Taira, c'était long, mais finalement terminé. Ils étaient qualifiés et aptes pour devenir Chûnin. 

           CHAPITRE 2 ; UNE CONFRONTATION. 
Après avoir été promu à un rang supérieur que celui du ninja moyen, je voulais reprendre contact avec le monde extérieur. Je voulais revoir le pays qui m'avait enseigné de nombreuses choses et qui m'avait changé en un shinobi puissant, ce qui m'avait permis d'aller loin dans ce bas monde. D'ailleurs, mon nouveau village, où mon clan résidait depuis plusieurs années déjà, m'avait inculqué maintes philosophies au travers d'opuscules surannés par l'itération des saisons. J'étais cultivé et prêt à défier le monde ninja. Les liesses de marmots m'avaient sortis de ma torpeur. Mes yeux s'écarquillèrent subitement, ce qui exposait mes pupilles céruléennes qui reflétaient une sublime voûte céleste. Je marchais, lentement. Mes jambes étaient lourdes suite à un entraînement extrême. Je traversais cette fine brume qui commençait à s'installer dans ma campagne sous les hurlements aigus des enfantelets. Mes sourcils grignaient puisque l'apathie donnait à mon audition une grande vulnérabilité, les paroles résonnaient dans mes pensées. Ma silhouette vagabondait dans les venelles scabreuses du Village caché de la Brume. Je traversais les allées pour me rendre vélocement hors des confins de Kiri. Des personnes insolentes  résidaient dans les bâtiments insalubres causés par leurs mœurs veules. Je ne faisais pas attention, car ils étaient pauvres et vivaient dans des conditions inqualifiables. Mon regard âpre perçait celui des habitants, les enfants et les femmes étaient effrayés contrairement à leurs maris sauf quelques lâches célibataires qui n'avaient rien faits de leurs vies hormis vendre des choses futiles à des étrangers pour quelques pièces. J'avais pour objectif d'aller au pays du fer afin de rencontrer une nouvelle fois mon ancien maître pour le défier. La raison était simple, je voulais connaitre mon niveau actuel face au plus grand samouraï actuel. J'esquissais un long sourire narquois pour marquer mon manque de patience rien qu'en imaginant le combat.

Je devenais de moins en moins épuisé, ce duel pourrait marquer l'histoire sans vouloir me vanter. Connaissant mes terres, ma main droite était déposée sur le fourreau de mon sabre. D'ailleurs, la lame était très bien affûtée. J'attendais cet affrontement avec fébrilité. Ma vision pivotait vers les angles de ma vue pour rester sur mes gardes, puisque des bandits siégeaient sur nos voisinages. Ils dépouillaient les marchands à plusieurs comme de grossiers protagonistes. Ils s'attaquaient même aux shinobis de tout village, surtout les mômes puisqu'ils étaient vulnérables. Néanmoins, ils redoutaient les kirijins puisqu'ils avaient une toute autre psychologie. Des scélérats ont déjà tentés de lancer un assaut contre moi, ce qui n'avait pas très bien marché pour eux. Subitement, mon visage devint indifférent et je ne pouvais pas me justifier, peut-être que je ne voulais pas marquer cette allégresse. Je connaissais les risques d'aller au pays du fer suite à mon changement de camp à cause de mon clan qui faisait que de s'attaquer aux plus faibles, je ne voyais pas en quoi c'était utile de traîner avec des individus pareils surtout pour un roi. Mais connaissant mon ancien instituteur il n'allait pas s'énerver ou m'attaquer directement comme une personne enragée. Au contraire, c'est un homme calme avec beaucoup de respect envers ses adversaires. Même si c'était mon ennemi puisqu'il n'était pas de mon village, j'avais beaucoup d'estime pour lui.

Après une longue route et quelques vols pour passer les rivières et mers puisque je n'avais pas d'argent sur moi, j'étais enfin arrivé dans le pays enneigé, Tetsu no Kuni et juste en faisant quelques pas j'avais rencontré des hommes de Mifune qui s'entrainaient sur une place vaste. Je ricanais tellement fort qu'ils se sentaient insultés. « Ne bougez plus ! Vous n'avez rien à faire sur nos terres. Je vous suggère de quitter séance tenante cet entour, et rien ne vous sera fait. »
Après un long soupire, je laissais place à ma voix grave pour rétorquer:
- « Pédale, tu m'redonnes un ordre et tu te retrouveras tranché en deux, tu seras qu'un macabé dans ma cave. »
« Bien. » l'homme à droite laissa sa main gauche caresser son oreille pour ensuite murmurer quelques mots, il avait appelé des renforts et leurs hommes étaient partout, je connaissais ce pays.
Je commençais à grigner, rien qu'avec ses paroles il m'avait déjà agacé. Je relevais légèrement ma tête pour regarder de haut les deux samouraïs avec un regard haineux. Mon pouce droit qui s'appuyait sur la poignée pour montrer un petit bout de ma lame. J'avais bloqué la lame pour utiliser ensuite mes deux mains afin de  plaquer les deux paumes de mains. En une fraction de seconde, ma silhouette avait été remplacée par une fumée blanche.
« Urusai. » j'étais déjà derrière eux, ils agonisaient en lâchant des gémissements. J'étais tellement rapide que j'avais traversé les deux hommes et il n'y avait pas de sang sur ma lame ou sur moi. C'était une technique qui consistait à les empêcher de faire des gestes, surtout des signes. Suite à deux pertes dans le camp ennemi, j'étais vite encerclé par un groupuscule de samouraïs environ cinq. La neige avait été métissée avec le rouge du sang des victimes.  Je regardais les assaillants pour ensuite faire sortir ma salive de ma bouche après avoir visé les cadavres. Le combat avait commencé suite à ce geste. Les coups furent si véloces que les cibles ne purent les contrer. Ma fine lame  fit impact sur les armes blanches des belliqueux. Un des assaillants avait aveuglement lancé un kunaï qui déchira ma tenue et qui m'assena une excoriation au niveau de l'échine. Restant stoïque, j'esquissais un sourire pour ensuite me ruer torrentueusement avec un regard âcre qui venait à percer le sien. L'homme qui m'avait fait coulé une goutte de sang avait perdu la vie en un instant. De ma main droite, je donnais un coup en pivotant le sabre vers le côté dextre de ma personne pour enlever un peu du sang des ennemis de ma lame. Mon profil se tourna vers le chemin que je devais prendre. Retour à Kiri, c'était qu'un aller-retour et un aperçu que je montrais aux personnes qui osaient me  défier aveuglement.



You
▌Pseudo ou Prénom : ECRIRE ICI.
▌Comment avez-vous connu SnE ? ECRIRE ICI.
▌Comment trouvez-vous SnE ? ECRIRE ICI.
▌Quels sont vos projets ? ECRIRE ICI.
▌Quels sont vos disponibilités ? ECRIRE ICI.
▌Y a-t-il un mot de passe dans le règlement ? ECRIRE ICI.




Revenir en haut Aller en bas
Uchiha ItachiMessages : 201
Date d'inscription : 01/09/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: S - 38
Expérience:
277/400  (277/400)
Informations ninja:
avatar
Membre d'Akatsuki
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Sep - 13:42
Bonjour Taira,

Je te souhaite la bienvenue sur le forum et te félicite d'avoir terminé ta fiche aussi rapidement (vive Kahou !). Puisque nous avons revu nos critères à la présentation et voulu limiter le nombre de hauts gradés, je me permets de ré-évaluer ta fiche.

Commençons par ta psychologie qui est riche et variée, on peut le dire, peut-être même un peu trop, car on a vite fait de s'y perdre. Tu t'étends sur des détails sans trop d'importances et insistes beaucoup trop sur le fait que ton personnage soit un être hideux et ténébreux. J'entends par hideux qu'il est vraiment insociable et qu'on a finalement pas envie de le rencontrer ^^'. J'ai relevé quelques fautes dans celui-ci, une petite relecture aurait permis de les enlever d'après moi.

Continuons sur ton histoire, que j'ai plutôt apprécié dans l'ensemble, mais quelques détails me chiffonnent quand même :
- Le chapitre 1 à la troisième personne du singulier et le second chapitre à la première personne, ça fait bizarre.
- Tu nous dis que tu as une équipe, mais ne nous décris pas tes coéquipiers ou ton sensei, même pas un prénom, c'est dommage.
- Le passage de l'examen Chunin où tu dis réussir la première épreuve sans soucis alors que les problèmes évoqués dans ce genre d'examen sont vraiment difficiles et ne sont appris que des Chunins. Je ne pense pas que des enseignements militaires de ce type puissent être lus par des sous gradés ou des civils, enfin c'est mon avis.
- Tu demandes à être Ninja d'élite alors que tu nous parles seulement de ton examen Chunin, tu n'évoques même pas le moment où tu es promu Jonin, ce qui devrait me faire te valider en tant que Chunin normalement.

Bien, dans l'ensemble, c'est une bonne fiche que tu nous proposes. Cependant, je ne peux pas te valider en tant que Ninja d'élite au vu des explications précédentes. Je te valide donc, en tant que Jonin de niveau 21. Ça serait bien que ton premier rp traite de la façon dont tu es passée Jonin pour rester cohérent d'ailleurs ^^. Tu commences donc avec 3150 ryos auxquels vont s'ajouter les ryos du dé Bonus que je te concède. Tu peux dès à présent te diriger vers ta fiche technique. La section, qui t'était invisible jusque là, est maintenant visible dans la catégorie "Mizu no kuni".

Je te souhaite une bonne aventure parmi nous.
Uchiha Itachi, Fondateur de SnE.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du jeuMessages : 415
Date d'inscription : 30/08/2014

Fiche ninja
Rang - Niveau: Dieu - 99
Expérience:
500/500  (500/500)
Informations ninja:
avatar
Maître du jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Sep - 13:42
Le membre 'Uchiha Itachi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Bonus présentation' :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

DYONISOS ; JIMMU ϟ 鬼灯一族

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hypnos, le Sommeil
» « L’amour est impossible, rien n’est grave » [PV Arya & Dyonisos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Ekisha  :: Start :: Registre des personnages :: Présentations validées-